réflexion

La planète ou les pauvres ?

Ce qu’il y a « autour » de nous n’est-il qu’un décor de théâtre dans lequel évoluent les véritables acteurs de la scène, les êtres humains ? Rien n’est moins sûr…

Un contenu proposé par Croire et vivre

Publié le 28 juin 2021

Auteur : Thomas Poëtte

Lire directement l’article sur Croire et vivre

Lors d’une discussion, un ami me dit : « La protection de l’environnement est importante, mais je préfère m’engager pour l’humain, dans le social. » Autrement dit, notre temps et notre énergie sont limités, et mieux vaut s’engager pour les êtres humains que pour le « décor » dans lequel ils vivent.

L’homme n’est pas un extraterrestre

En réalité, l’être humain fait partie intégrante de cet univers dans lequel il évolue. Il ne transcende pas le monde à la manière d’un dieu. Sa vie même dépend de l’oxygène présent dans l’atmosphère, du cycle de l’eau de notre planète, de la fertilité de la terre dans laquelle il sème sa nourriture, de la capacité des écosystèmes à décomposer ses déchets, etc. Ainsi, lorsque l’être humain abîme l’environnement, c’est aussi lui-même qu’il abîme.

Soyons lucides

Malheureusement, ce sont bien souvent les plus pauvres qui sont les plus touchés par les changements climatiques. Comme l’écrit le Pape François dans Laudato Si : « L’épuisement des réserves de poissons nuit spécialement à ceux qui vivent de la pêche artisanale et n’ont pas les moyens de la remplacer ; la pollution de l’eau touche particulièrement les plus pauvres qui n’ont pas la possibilité d’acheter de l’eau en bouteille, et l’élévation du niveau de la mer affecte principalement les populations côtières appauvries qui n’ont pas où se déplacer » (I.V.48).

Ouvrons les yeux

De plus en plus de personnes sont obligées de se déplacer pour fuir les conséquences directes ou indirectes des changements climatiques. On les appelle les réfugiés climatiques, ou les écoréfugiés. Leur nombre est difficile à estimer parce que les changements climatiques créent, ici ou là, des guerres pour l’accès aux ressources. Certains réfugiés de guerre sont donc aussi, indirectement, des réfugiés climatiques.
On pourrait encore évoquer la question des générations futures : dans quel état laisserons-nous la Terre à nos enfants et petits-enfants ?

Une fausse alternative

Pour toutes ces raisons, l’alternative entre, s’engager pour la planète ou, s’engager pour les pauvres n’a pas tellement de sens. Notre engagement doit être en faveur d’une écologie sociale, c’est-à-dire fondé sur […]

Lire la suite sur Croire et vivre

Dans la même rubrique...

Je me suis fait vacciner

Un éditorial d’Antoine Nous, théologien protestant.

Un contenu proposé par Réforme

Pass sanitaire : ce que la loi va changer pour les vacances

Pour les Français qui s’apprêtent à faire leurs bagages, qu’est-ce que cette loi va changer ?

Un contenu proposé par Réforme

Macron en déplacement en Polynésie française, une première

Le président Emmanuel Macron a débuté le samedi 24 juillet son premier déplacement dans cet archipel du Pacifique. Il y restera trois jours.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Pour ou contre le télétravail ?

Du 14 au 18 juin s’est déroulée la semaine de la qualité de vie au travail. L’occasion de revenir, avec des salariés, sur ce nouvel outil de l’entreprise flexible.

Un contenu proposé par Inspirations

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Croire et vivre

Croire et vivre est un magazine mensuel qui veut d’abord donner à ses lecteurs « l’envie de croire » ou celle de partager leur foi. La plupart des rédacteurs appartiennent à des Églises membres de la Fédération protestante de France ou du Conseil national des Évangéliques de France.

Derniers contenus du partenaire