« Laissez-moi être une femme! »
égalité

« Laissez-moi être une femme! »

Une théologie négative ou « restrictive » de la femme peut provoquer une blessure à l’estime de soi, ou aggraver des blessures d’enfance.

Un contenu proposé par Servir ensemble

Publié le 19 mars 2020

Auteur : Victoria Declaudure

Lire directement l’article sur Servir ensemble

Confession Inversée, une prière que nous avons publiée en décembre, nous lancait un « défi intérieur ». Prenons-la comme un guide vers une destination : une prise de conscience salutaire, une acceptation de notre propre responsabilité envers nous-même.

En réfléchissant à cette prière, je me suis souvenue de paroles prononcées par des adolescentes de mon entourage : l’une a dit « c’est nul d’être une fille », ou « les filles n’ont le droit de rien faire dans l’église » , ou celle qui a dit à son chiot « toi tu n’es qu’une fille. »

Je me souviens de m’être enfermée dans ma chambre à l’âge de seize ans, quelques mois après ma conversion, pour pleurer, après avoir découvert que je ne valais que peu de chose par rapport à un homme. Douleur immense. J’ai eu l’impression d’avoir été « trompée » par ceux qui m’avaient témoigné de l’amour de Dieu. Une responsable de jeunesse m’a conseillé « d’accepter par la foi » que les choses soient ainsi … elle m’a donné l’exemple de sa sœur, une femme super intelligente qui faisait très attention à ne jamais le montrer en public, pour ne pas gêner son mari … un logique qui m’échappait. Mais par amour pour Christ, je me suis soumise à ces enseignements et conseils.

Dans les années qui ont suivi, on m’a prêté des livres pour « faire passer la pilule » (par exemple, « Reine, prends ton trône ») mais je ne les trouvais pas convaincants ; j’y discernais de la « flatterie » et non une véritable exposition de l’Évangile.

Un certain livre qu’on m’avait recommandé s’attaquait de façon agressive à la question ; je l’ai tout de suite trouvé excessif, tout en étant sensible à certains de ses arguments. Ce livre a conditionné la façon de penser de nombreuses chrétiennes aux Etats-Unis, au risque de les empêcher de devenir responsables de leur propre destin.

Pour son auteur, il y avait une seule voie pour connaître la liberté et le bonheur. […]

Lire la suite sur Servir ensemble

Vous pourriez aimer aussi

Bible français courant moins sexiste ?

La Bible, « nouvelle français courant », moins sexiste?

Avec l’évolution de la langue, des expressions plus fidèles au grec ou à l’hébreu ont été trouvées afin que la traduction soit moins sexiste.

Un contenu proposé par Servir ensemble

Ordre créationnel et autorité

Le livre de la Genèse affirme que l’homme a été créé avant la femme. Quelles implications pour les relations entre les deux sexes ?

Un contenu proposé par Servir ensemble
Kit de survie pour femme appelée!

Kit de survie pour femme appelée !

Comment démarrer la belle aventure de foi d’une vie consacrée au service de Dieu quand on vous dit que cela n’est pas possible pour une femme ?

Un contenu proposé par Servir ensemble

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Servir ensemble

Le blog de la pasteure Joëlle Sutter-Razanajohary et de la théologienne Marie-Noëlle Yoder. « Servir ensemble » revisite la complémentarité hommes/femmes dans les Églises évangéliques.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses