Les pompes funèbres

Les pompes funèbres

Les relations des pasteurs ou laïcs célébrants avec les pompes funèbres sont parfois houleuses. Panorama des différents griefs.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 2 novembre 2017

Auteur : Frédéric Genty

Lors d’un enterrement, je vais toujours voir le maître de cérémonie et les porteurs pour me présenter, leur expliquer ce que j’attends et, à la fin, les remercier. Nous avons besoin les uns des autres pour que cela se passe le mieux possible. Car, en fait, de cette fluidité dépend l’harmonie de tout ce qui va se passer.

Mais j’ai parfois eu affaire à des employés de pompes funèbres qui dépassaient leurs prérogatives, notamment quand la cérémonie se passait au crématorium ou au funérarium. Dans son lieu, le maître de cérémonie a tendance à vouloir tout prendre en main. On découvre ainsi, après le temps de parole réservé au pasteur, qu’il a fait choisir un texte à la famille et qu’il le lit. Ce choix n’est d’ailleurs pas toujours un problème mais il aurait pu être intégré à la cérémonie. D’ailleurs certaines entreprises proposent de véritables « liturgies laïques » se passant, dès lors, complètement des Églises.

J’imagine, vu la réelle qualité de certains, qu’il existe une formation à la prise de parole pour devenir maître de cérémonie. Entre les informations obligatoires à transmettre à l’auditoire, la valorisation des services fournis par l’entreprise de pompes funèbres : cela ne s’improvise pas. Mais parfois cela dérape, j’y ai assisté. Debout, face à l’assemblée, avec un ton rappelant l’humoriste Eli Semoun dans son sketch sur le sujet, le maître de cérémonie indique que pendant la crémation, des distributeurs de boissons froides ou chaudes sont disponibles. Difficile de reprendre après. Ou les porteurs embauchés à l’extérieur dont les costumes ne sont manifestement pas les leurs.

Et puis il y a la question des finances. Là où les protestants tentent une pédagogie du don, ils sont bien souvent court-circuités. Combien voulez vous donner à l’Église ? D’habitude on doit donner X euros, en s’alignant sur le tarif demandé par l’Église catholique. Ce ne serait pas grave en soi, et d’ailleurs c’est parfois à notre avantage, si ces sommes n’étaient, par certaines entreprises de pompes funèbres, conservées pendant l’année civile et restituées à l’Église au moment du bilan de fin d’année en un seul chèque. Pour certains actes, cela correspond à un maintien de 11 mois en trésorerie. Mais, c’est bien connu, on ne se souvient que des moments désagréables et pas de ceux avec qui cela s’est bien passé.

Dans la même rubrique...

L'état de la pauvreté en France

L’état de la pauvreté en France

Selon le rapport annuel du Secours catholique publié ce jeudi 8 novembre, la pauvreté touche de plus en plus les femmes, les étrangers et les seniors.

Un contenu proposé par

Qui croit encore en l’au-delà ?

C'est le thème principal du nouveau numéro de la rédaction de Christianisme aujourd'hui. Interview du rédacteur en chef David Métreau.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui
Quel attachement à notre patrimoine ?

Quel attachement à notre patrimoine ?

Entretien avec Anne Corvino, présidente de la Fondation du protestantisme. Elle s’attache à préserver le patrimoine protestant et à soutenir les institutions qui font appel à elle.

Un contenu proposé par Proteste

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire