Les solos savent aussi fêter Noël

Les solos savent aussi fêter Noël

Alors que la plupart des gens ont la chance de vivre Noël avec les leurs, on oublie certains se retrouvent seuls les 24 et 25 décembre.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 22 décembre 2015

Auteur : Fabienne Delaunoy

Tandis que certains se morfondent sous la couette ou ont banni le mot de leur vocabulaire, d’autres en ont pris leur parti. Parfois, ils choisissent de vivre ce moment en solo. C’est le cas de Bernard, 71 ans, d’Illkirch-Graffenstaden, divorcé, père de deux enfants, grand-père de cinq petits-enfants, qui vit seul depuis 20 ans. « Mes enfants ont préféré fêter Noël chez leur mère, puis, plus grands, ne m’ont pas beaucoup invité chez eux. » Il est bien allé chez son frère mais « c’était trop la fête avec les copains. Pour moi, Noël, c’est la famille, prier et aller à la messe de minuit. » Il a alors préféré se rapprocher de ce qu’il vivait enfant chez ses parents. Et rester seul. « La première année a été difficile puis je m’y suis fait. J’allume une chaîne de la télévision allemande avec un vrai contenu de Noël puis je vais à la messe et chante dans la chorale qui est ma petite famille. Je pense ainsi vivre davantage Noël que d’autres. »

Bousculer les traditions

Non loin de là, Jeanne, 75 ans, fêtera Noël chez elle, à Strasbourg. Célibataire sans enfants, cette protestante n’a pas la nostalgie du Réveillon en famille. Pourtant, cela a toujours été important de ne pas rester autocentrée. « A Noël, mes parents avaient le souci d’inviter une personne au-delà du cercle familial et lorsque j’étais Eclaireuse, on allait chanter chez une personne seule. Tant que j’ai pu, je me suis engagée dans les soirées de Noël de l’Armée du salut. » Quand elle était infirmière à domicile, Jeanne aimait faire les visites lors du 24 ou du 25. La septuagénaire conserve la tradition de la couronne de l’Avent, de la crèche et du culte mais cela ne la gêne pas de bousculer les pratiques : « Je n’ai plus envie de sortir le 24 au soir et je fête Noël avec mes frères deux ou trois jours plus tard. »

Mathilde, 34 ans, originaire d’Illzach, est séparée et maman d’une petite fille de 5 ans et demi. « Je me suis retrouvée sans ma fille à Noël à plusieurs reprises. D’un côté j’étais heureuse pour elle car elle passait du temps avec sa famille de Bretagne ; de l’autre, je ne me voyais pas passer Noël toute seule chez moi, ça a un côté vraiment déprimant. » Mathilde s’estime heureuse et très reconnaissante d’avoir été invitée spontanément par une collègue et des amis : « Je me suis retrouvée au milieu d’une smala d’une trentaine de personnes et même si je pensais à ma fille, j’étais contente d’être entourée. »

Dans la même rubrique...

Procès des attentats du 13-Novembre : le cafouillage de la police belge

Vendredi 26 novembre, les débats de la cour d’assises ont été marqués par les témoignages imprécis de la police belge et l’absence de plusieurs accusés dans le box.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Zemmour candidat, Jadot contraint de s’expliquer… Les 5 actus à retenir de la semaine

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume les informations sur la campagne présidentielle de la semaine écoulée.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Les femmes pas égales avec les hommes, dans les transports en commun

Dans une étude, l’Autorité de la qualité de service dans les transports explique que les femmes sont de plus en plus nombreuses à renoncer aux transports en commun, parce qu’elles ne s’y sentent pas en sécurité.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

La congrégation de l’Armée du Salut appelle à l’aide

L’Armée du Salut peine, cette année, à collecter les 150 000 euros dont elle a besoin pour financer ses opérations de Noël, notamment.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants