Débat

L’individualisme ne protège pas l’individu

Une réflexion proposée par Angelika Krause, pasteure à Barbezieux (Charente), membre du Groupe Orsay.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 20 octobre 2020

Entre monokini, burkini et masques, nos libertés s’habillent ou se déshabillent…

L’automne arrive à grands pas. L’escargot en béton, posé sur un des carrefours, est peu impressionné par les débats publics ; il arbore calmement son masque. J’esquisse un sourire. Autrefois, le masque était porté comme un étendard de liberté lors du carnaval. Il élargissait la liberté d’action des femmes ; il donnait la parole à ceux qui en étaient privés. Prendre la parole et vouloir influencer le cours des choses dans un monde globalisé, cela rejoint les revendications des manifestants, en Allemagne et ailleurs, contre le port du masque. Ceux qui veulent rester entre eux sans étrangers et autres tenants d’un monde peu démocratique se retrouvent là. Dois-je supposer qu’ils avancent masqués, sous couvert de quête de liberté ? Ne pointent-ils pas là un mépris du grand âge et le rejet d’un système de santé partagé entre tous… par ceux qui peuvent sauver leur peau ? Leur peau…

Autrefois, les estivants affrontaient la mer en costume de bain. Puis, l’apprivoisement des vagues a rendu caduc ce dernier. Les maillots rétrécissaient et les enfants gambadaient nus. Mais la dynamique s’est renversée. Je vois davantage d’enfants courir dans des maillots à manches longues sur la plage ; rayons solaires et d’éventuels regards malsains obligent. Je peux me réjouir de l’attitude responsable des adultes, mais je peux également regretter la limitation de liberté sous cet attirail.

Et cette inversion des critères ne s’arrête pas à l’enfance. Les jeunes hommes portent des bermudas pour se protéger des regards… et certaines femmes sont réprimandées par des forces de l’ordre quand elles prennent un bain de soleil en bas de bikini, ou quand elles se couvrent « trop ». Se couvrir est devenu autant un acte de liberté, réelle ou supposée, que de se découvrir. De manière comparable, la question s’était posée quant au port du voile : ce geste peut être considéré comme un acte de liberté ou comme une attitude de soumission.

Aujourd’hui, si « Pénélope » proclame qu’elle a remisé son soutien-gorge, j’espère que ceci libère son quotidien. Si une femme nage avec un voile dans les vagues, je lui souhaite de pouvoir faire une expérience moins contraignante un autre jour. Si quelqu’un ne porte pas le masque requis, j’espère que ceci n’est pas un acte de bravade qui rattrape une adolescence écourtée. Car la liberté n’est pas une valeur. Elle se vit dans un monde partagé.

Vous pourriez aimer aussi

Avec les enfants, déplacer les injustices

Parler d’injustice avec les enfants est toujours délicat. Leur sensibilité bute sur des réalités que l’adulte a intégrées par habitude ou par nécessité.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

L’heure du premier bilan des églises en Île-de-France

Alors que la région sort de six mois d’une torpeur induite par la pandémie puis les vacances, il est temps de faire les comptes.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
Rentrée : des renforts pour l'église

Rentrée : des renforts pour l’église

Bienvenue aux nouveaux venus sur les postes pastoraux en région parisienne réformés ou luthérien.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast