Médecine prédictive, un progrès controversé

Médecine prédictive, un progrès controversé

Prédire l’apparition d’une maladie avant les premiers symptômes ou bien éviter la naissance d’enfants atteints de maladies incurables ou gravement handicapantes, c’est déjà possible aujourd’hui.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 27 février 2018

Auteur : Fabienne Delaunoy

Avec les progrès de la connaissance génétique, l’accès à son patrimoine santé n’est plus de l’ordre de la science-fiction et commence à faire son chemin dans les mentalités. D’après un sondage de 2014 de l’Observatoire de la santé-Le Figaro-Weber Shandwick, la moitié des Français estime que la médecine prédictive peut faire progresser la santé. Mais ils sont aussi 59 % à considérer qu’elle comporte des risques. Par exemple, concernant l’utilisation des données des tests par les employeurs, les banques ou les assurances complémentaires de santé.

En 2004, en Allemagne, une jeune professeure s’est ainsi vu refuser une titularisation après qu’un examen clinique eut révélé qu’un de ses parents souffrait de la maladie de Huntington. Chez nos voisins anglais, le Conseil de l’ordre des médecins préconise activement de révéler les anomalies génétiques dont un membre de la famille est atteint pour permettre une prévention précoce.

Aux États-Unis, Google, qui collecte déjà de nombreuses données personnelles, s’intéresse maintenant au séquençage ADN à travers sa filiale 23andMe. Avec la loi la de bioéthique de 1994, révisée en 2004 et 2011, la France s’entoure de nombreuses précautions et semble, par ailleurs, encore favoriser le soin plutôt que la prévention, en tout cas en ce qui concerne le remboursement.

En 2014, la Société française de médecine prédictive et personnalisée a été créée se donnant pour objectif « d’analyser le bénéfice médical réel de l’innovation en génétique en prenant en compte les aspects éthiques et économiques ». Des experts relèvent les limites de la médecine prédictive : À quoi cela sert-il de diagnostiquer certaines maladies neurodégénératives pour lesquelles aucun traitement n’existe ? Quid de la liberté de savoir ou pas ? Comment maintenir la solidarité si chacun souhaite payer pour ses propres risques de santé ?

Sur le même thème

Le transhumanisme, entre espoirs et risques

Le transhumanisme, entre espoirs et risques

Nous rendre toujours plus performants, dépasser la maladie et la mort grâce aux nouvelles technologies : telles sont les promesses du mouvement transhumaniste. Mais à quel prix ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Une confiance éclairée

Bioéthique : une confiance éclairée

En février dernier, Guillermo Quintero s’est porté volontaire pour intervenir en tant que « grand témoin » au Forum européen de bioéthique sur le transhumanisme à Strasbourg.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Transhumanisme en question

L'historien Franck Damour aborde de front les questions soulevées par le transhumanisme. Comme par exemple : serait-ce une bonne chose d'être immortel ?

Un contenu proposé par Radio Réveil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire