Moi, fabuleuse expatriée

Moi, fabuleuse expatriée

Femme expatriée, femme au foyer ? Surtout, femme en position de devoir se réinventer, redéfinir son identité, développer son autonomie, élargir sa vision. Rencontre et interview.

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

Publié le 16 mai 2016

Auteur : Hélène Bonhomme

Lire directement l’article sur Fabuleuses au foyer

Étonnée par le nombre d’e-mails que je reçois de la part de fabuleuses expatriées sur tous les continents, j’ai posé 3 questions à l’une de nos lectrices, pour comprendre en quoi au-delà des difficultés, l’expatriation a pu être pour ces femmes l’occasion de se réconcilier avec elles-mêmes. Rencontre avec Séverine, 44 ans, mariée et maman de deux (grands) enfants de 18 et 21 ans. Séverine vit à Bangkok et nous parle avec sincérité de son expérience de l’expatriation… et du foyer.

Vous sentez-vous femme d’expatrié ou femme expatriée ?

Ma réponse est mitigée. Les premières années de mon expatriation, je me suis sentie « femme de ». En effet, 90% des couples choisissant l’expatriation le font du fait du mari*. L’épouse « suit » donc son mari, poursuivant à l’étranger son choix de femme au foyer ou renonçant, momentanément ou pas, à sa carrière professionnelle. Dans le cadre d’associations d’expatrié(e)s, je me souviens avoir été choquée par l’inévitable (et assez épouvantable) question : « qu’est-ce qu’il fait ton mari? », ressassée à l’infini par (trop) de femmes d’expatriés. J’avais juste envie de répondre : « Bonjour, je m’appelle Séverine et j’ai une vie propre…” Dans ce milieu, beaucoup de femmes se définissent par rapport aux fonctions de leurs époux, choisissant même leurs copines en fonction de la position du mari. J’ai finit par traduire la question par : « Es-tu fréquentable ? »… Je me sentais donc à leurs yeux « femme de », plutôt qu’être humain à part entière. Peu à peu, après des années, j’ai acquis une identité propre de femme. De femme expatriée, avec une vie réinventée, dans les yeux des autres. Même si pour ma part, je me suis toujours sentie expatriée à part entière, puisque la décision de quitter mon pays d’origine avait été une décision concertée.

L’expatriation vous a-t-elle obligée à vous réinventer ?

Oui, mille fois oui. D’une part parce que j’avais décidé d’arrêter de travailler. Avant, j’avais une carrière de cadre dans une multinationale, je m’étais beaucoup donnée pour acquérir un statut et une reconnaissance professionnelle. […]

Lire la suite sur Fabuleuses au foyer

Dans la même rubrique...

Inceste en France : le regard d’une historienne

Anne-Emmanuelle Demartini est professeure d’histoire contemporaine et membre du projet ANR DERVI (“Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses”).

Un contenu proposé par Réforme

La seconde vague de Covid racontée par un directeur d’EHPAD

Jean-Marie Delfieux, directeur de l’EHPAD La Sarrazinière, à Saint-Etienne raconte ce qu'est leur réalité.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Le vivant et sa créativité déroutante

Le développement de l'épidémie de Covid-19 nous confronte, mois après mois, à la "logique" du vivant, une logique que nous n'avons guère l'habitude de suivre (à moins de travailler dans les professions médicales) et qui nous déroute.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

L’ère de l’individu tyran, l’essai du moment

Depuis dix ans, le philosophe Éric Sadin explore et dissèque « les mutations les plus décisives de notre époque ».

Un contenu proposé par Blog de la librairie Jean Calvin

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Fabuleuses au foyer

Fabuleuses au foyer est un blog collaboratif de mamans : chroniques optimistes, petits trésors pour le quotidien, idées de lectures, portraits de Fabuleuses… Rejoignez les Fabuleuses mamans sur Facebook ! Pour encore plus de réflexions sur la vie au foyer, inscrivez-vous à la fabuleuse newsletter.

Derniers contenus du partenaire