Analyse

Par-delà la Covid-19, une révolution théologique

La pandémie de SARS-CoV-2 impacte la médecine, l’économie, la politique et la vie sociale... mais aussi la théologie chrétienne.

Un contenu proposé par Religions | Société

Publié le 1 juin 2020

Auteur : Christian Delahaye

Lire directement l’article sur Religions | Société

L’épidémie va ébranler l’anthropologie théologique chrétienne autour de la solidarité des êtres vivants et, sous-jacente, de la question animale. En franchissant la barrière d’espèces, depuis la chauve-souris jusqu’à l’homme en passant par le pangolin, le Coronavirus a suscité une prise de conscience : les hommes ont réalisé à quel point leur santé était dépendante de la santé animale, ils ont expérimenté dans la douleur que le vivant, tout le vivant, est indivis, ils ont éprouvé qu’Homo sapiens est une espèce parmi les autres, exposée comme les autres aux mêmes lois dites de la nature, depuis quelque 3 800 millions d’années qu’elles régissent l’évolution biologique.

Certes, ce n’est pas la première fois qu’un agent infectieux effectue un saut d’espèces entre l’animal et l’homme : avant le SARS-CoV-2, les hommes ont subi les méfaits du SARS 1, du MERS-CoV, du MERS-like et, dans la nuit des temps, les ravages de la peste, de la tuberculose, de la brucellose et de la rage – autant de zoonoses, c’est-à-dire de pathologies transmises à l’homme par l’animal. Mais cette fois le coup est rude : pour tenter de l’atténuer, plus de la moitié de l’humanité sur les cinq continents a dû être soumise au confinement et vivre cloîtrée pendant plusieurs semaines. Au passage, ce nouveau franchissement des barrières d’espèces a entraîné le franchissement des barrières des sciences : vétérinaires, médecins, biologistes, écologues, et autres épidémiologistes se sont mis à travailler ensemble, en partageant l’approche dite One-health (santé unique de la nature, de l’animal et de l’homme).

L’expérimentation de la solidarité de vie qui lie toutes les espèces sur terre, en mer et dans les airs a fait vaciller le piédestal au sommet duquel l’espèce humaine croyait dominer tout le vivant, invulnérable et arrogante maîtresse de la création. La pandémie a révélé la vanité de cette toute-puissance.

Troisième révolution, troisième blessure narcissique

C’est la troisième révolution affrontée par l’anthropologie théologique chrétienne, sa troisième « blessure narcissique », selon l’expression de Boris Cyrulnik. En 1492, la découverte du Nouveau Monde par les Espagnols avait provoqué la première […]

Lire la suite sur Religions | Société

Vous pourriez aimer aussi

La prière pour les autorités

Au lieu de pratiquer le politique-bashing, et même si nous ne sommes pas toujours du même point de vue, pourquoi ne pas plutôt prier pour les autorités ? Les explications du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis
L’Ascension au temps du Covid

L’Ascension au temps du Covid

L’Ascension pourrait être la première fête célébrée de façon communautaire dans les Églises après des semaines de célébrations numériques.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis
À quoi ça sert de prier face au covid-19 ? (1)

À quoi ça sert de prier face au Covid-19 ? (1)

Dans cette série d'articles, le théologien Antoine Nouis explore les raisons pour lesquelles il n’est pas vain de prier. Première partie : prier pour se convertir.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Religions | Société

Religions | Société est le blog des Editions Empreinte. Il propose des articles de théologiens, psychologues, journalistes, auteurs… sur des sujets d’actualités en lien avec les questions religieuses et de société, ainsi qu’une revue de presse hebdomadaire autour des questions de religions.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram