Ukraine
Politique

Présidentielle 2022 : l’Ukraine chamboule la campagne, parrainages, Muselier derrière Macron… Les 5 actus à retenir de la semaine

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume les informations de la semaine écoulée sur la campagne présidentielle.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 28 février 2022

Auteur : Camille Verdi

La guerre en Ukraine chamboule la présidentielle en France. Les macronistes réfléchissent à annuler le premier meeting de campagne d’Emmanuel Macron (qui a reçu le soutien de Renaud Muselier), initialement prévu le 5 mars à Marseille. Alors que Marine Le Pen a dit être en faveur de l’accueil des Ukrainiens, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon, tous deux critiqués pour leur tropisme russe, ont condamné l’invasion de l’Ukraine.

Un premier meeting pour Macron annulé ? 

D’après les informations de France Info publiées le 23 février dernier, Emmanuel Macron, qui n’a pas encore officialisé sa candidature à la présidentielle, devait tenir son premier meeting de campagne le samedi 5 mars à Marseille. L’invasion de l’Ukraine par la Russie, le lendemain (24 février), a-t-elle changé la donne ? L’invasion russe oblige les macronistes à repenser leur campagne, écrit L’Obs. La majorité réfléchirait au maintien du premier meeting dans la cité phocéenne. De même que la déclaration de candidature d’Emmanuel Macron pourrait être repensée, note l’hebdomadaire.

Marine Le Pen en faveur de l’accueil des Ukrainiens 

Faut-il accueillir les réfugiés qui fuient l’Ukraine ? C’est la question qui a été posée, vendredi 25 février, à la candidate du RN Marine Le Pen, sur BFM TV. “Bien sûr”, a-t-elle rétorqué. “On est là au cœur de la Convention de Genève […], il faut faire tout ce qui est nécessaire pour respecter cette Convention”, a-t-elle osé. La France a ratifié ce texte en 1951, lequel engage le pays à protéger sur son territoire tout étranger persécuté dans son pays. Pourtant, note Libération, le RN avait lancé une pétition en août dernier, quelques jours après l’arrivée au pouvoir des talibans à Kaboul, pour dire “non à l’accueil massif de réfugiés afghans”. “Le droit d’asile ne doit pas continuer à être, comme il l’est actuellement, le cheval de Troie d’une immigration massive, incontrôlée et imposée, de l’islamisme, et dans certains cas du terrorisme”, détaillait le texte.

Sur l’Ukraine, le raté de Zemmour 

Jeudi, jour d’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, Éric Zemmour déclarait en conférence de presse : “Je condamne sans réserve l’intervention militaire russe en Ukraine”. Il a précisé avoir “cru que Vladimir Poutine ne franchirait pas cette ligne rouge”. En décembre, rappelle France Info, il assurait que “la Russie n’envahirait pas l’Ukraine”, dénonçant au passage la “propagande” américaine. “Je rêve d’un Poutine français”, disait-il en 2018 lors d’une interview à L’Opinion. “Je suis pour l’alliance russe. Je pense que c’est l’allié qui serait le plus fiable”, martelait-il en septembre dernier sur CNews.

Mélenchon obtient les 500 parrainages

Jeudi également, le candidat insoumis a obtenu ses 500 parrainages, qui permettent de concourir à l’élection présidentielle. Le chef de file de la France insoumise rejoint ainsi Yannick Jadot, Fabien Roussel, Jean Lassalle, Nathalie Arthaud, Anne Hidalgo, Valérie Pécresse et Emmanuel Macron, précise le Huffpost. Sur l’Ukraine : souvent critiqué pour ses positions en faveur de la Russie, Jean-Luc Mélenchon a fait volte-face, déclarant dans un communiqué que “la Russie prend la responsabilité d’un recul terrible de l’Histoire. Elle crée le danger immédiat d’un conflit généralisé qui menace toute l’humanité

Muselier soutient Macron 

Dans une interview au JDD, le président de la région Sud-Paca, Renaud Muselier, a officiellement annoncé qu’il soutiendrait Emmanuel Macron. Il avait quitté Les Républicains en novembre dernier, quelques jours avant le congrès du parti. “Personne, parmi les candidats déclarés, n’est au niveau de cette élection. C’est pourquoi je soutiendrai et voterai pour Emmanuel Macron, après mûre réflexion et sans hésitation”, dit-il. La candidature de Valérie Pécresse, candidate de droite, “va entériner la mort des Républicains”, estime-t-il.

Dans la même rubrique...

L’accueil inconditionnel, un long chemin parsemé d’obstacles

Joan Charras Sancho est l’une des premières voix entendues en France sur les communautés dites inclusives. Elle synthétise ici quelques points d’attention sur l’accueil des personnes LGBTQIA+ dans les Églises.

Un contenu proposé par Réveil

Accueil des réfugiés ukrainiens : un défi à relever dans la durée

Dès le début de la guerre, les réactions de la population française se sont portées sur l’accueil des « déplacés » d’Ukraine.

Un contenu proposé par Réveil

Cinéma : une initiative pour manger plus sain et écologique en salles

L’association “Mieux manger au cinéma” oeuvre pour repenser l’offre culinaire de manière plus saine et écologique dans les cinémas et les lieux culturels.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

La famille de Montreux était-elle dans une secte ?

Le chercheur en psychologie sociale Pascal Wagner-Egger livre quelques observations sur les premiers éléments connus du drame de Montreux.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bannière podcast