Rêver sa vie ou vivre ses rêves

Rêver sa vie ou vivre ses rêves

Le livre est un vecteur formidable de connaissances et d'émotions, à condition ne pas se couper du monde réel et de l'expérience de la vie. Une chronique du pasteur René Lamey.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 17 novembre 2015

Auteur : René Lamey

Pour la rentrée littéraire 2015, près de six cents romans ont été publiés ! Voilà de quoi remplir largement les longues soirées d’hiver, voilà de quoi nous évader, des heures durant, d’un quotidien parfois morne, insipide ou difficile… Et n’est-ce pas là, justement, le but d’un roman ? Nous emmener dans un autre monde, nous faire vivre une autre vie. Ou, s’il s’agit d’un essai ou d’une étude sur un sujet donné, faire augmenter notre savoir et notre culture générale, découvrir d’autres façons de penser ou de croire, rencontrer d’autres visions du monde, etc. Bref, les livres touchent, influencent et enrichissent notre vie de bien de manières.

Magie du livre, richesse et trésor du livre… mais aussi, d’une façon plus subtile et quelque peu ambigüe : « sortilège » du livre, « envoûtement » du livre, « piège » du livre… Voilà le risque : être emmené par le livre dans un monde virtuel, imaginaire, abstrait, le monde des idées, des concepts, des notions, des images. On peut faire le tour du monde avec les livres sans jamais sortir de sa chambre, on peut croiser des peuples avec des romans sans jamais quitter son bureau… sans jamais fouler la vraie terre, sans jamais serrer la main de vraies personnes. Et ainsi, passer à côté de la vraie vie, être coupé du monde réel par… quelques grammes de papier, par quelques lettres de l’alphabet couchées sur de belles pages blanches.

Pour garder les deux pieds dans la réalité, un conseil : quand vous aurez fini de lire cette chronique, enfilez vos bottes, mettez un manteau, laissez le portable sur la commode, ouvrez votre porte, allez à rencontre du monde, sentez le vent sur votre visage, regardez les nuages, souriez aux passants, allez boire un café dans un bar, discutez avec les gens au comptoir, faites un bonhomme de neige avec les enfants du quartier… Ou bien : au lieu de lire un livre sur le tango, allez danser, au lieu d’étudier le bouddhisme sur le papier, faites un tour dans un monastère tibétain.
Moralité : lisez, oui, mais, surtout, vivez !

René Lamey, pasteur à Labroque-Schirmeck

Dans la même rubrique...

Une démocratie confinée

Grand spécialiste d’éthique médicale et scientifique, directeur de l’Espace de réflexion éthique et membre de plusieurs instances éthiques, Emmanuel Hirsch livre ici « 37 chroniques pour temps de pandémie ».

Un contenu proposé par LibreSens

Le monde du travail au cinéma

A l'occasion du 1er mai, Jean-Luc Gadreau, blogueur et critique ciné, nous offre une analyse du monde du travail à travers deux films.

Un contenu proposé par Campus protestant

Salade, jamais malade… pas toujours et surtout en ce moment !

« Si tu venais à tomber salade, qui donc te repasserait ton singe… ? » (extrait de La Belle Lisse Poire du prince de Motordu, Pef)

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

Handicap : les institutions au pied du mur

En France, 100 000 enfants et 200 000 adultes handicapés, souvent avec des troubles mentaux, vivent en institutions spécialisées.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast