Un fonds œcuménique contre la précarité

Un fonds œcuménique contre la précarité

Le Fonds de solidarité de la vallée de Munster vient en aide aux plus précaires de son territoire depuis 18 ans.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 20 février 2019

Auteur : Claire Gandanger

Les paroisses catholiques et protestantes de la vallée ont lancé le Fonds de solidarité en 2000 avec la volonté d’aider les situations de précarité terribles que leur remontaient alors les infirmières », explique Jean Ciofi, président de cette association. Chaque année, elle redistribue près de 50 000 J aux précaires des 16 villages de la Communauté de communes. Elle entretient sa cagnotte grâce aux subventions des collectivités et des paroisses, aux dons de particuliers, aux legs et à l’association de soutien à la jeunesse Les Kiwanis.

Elle partage la majeure partie de cet argent sous forme de bons d’achats alimentaires pour permettre aux familles de faire leurs courses, et pourvoit ainsi de manière ponctuelle aux situations d’urgence. Sa commission d’attribution se réunit tous les quinze jours et traite alors entre 10 et 30 dossiers défendus par les travailleurs sociaux du secteur. Ces derniers peuvent aussi solliciter un bénévole à n’importe quel moment si une situation appelle une réponse plus rapide. « Cela permet de ne pas sombrer quand le frigo est vide », résume la pasteure Alexandra Breukink, membre du Conseil et de la commission du fonds.

Un interlocuteur rapide

Toutes les demandes d’aides passent par les travailleurs sociaux, à même d’analyser dans leur globalité les besoins des bénéficiaires. « Les bons alimentaires permettent aux gens de tenir en attendant l’ouverture de l’accès à leurs droits sociaux », apprécie Évelyne Willmann, assistante sociale au centre médico-social de Munster. « Ce soutien très rapide nous donne le temps de construire notre plan d’aide. » Sur les huit premiers mois de 2018, pas moins de 116 familles ont pu en bénéficier. Parmi elles, beaucoup de mères seules avec enfants mais aussi des demandeurs d’asile. Le fonds œcuménique peut aussi financer une part des activités sportives et culturelles, de l’accueil en périscolaire et des vacances des enfants. L’été dernier, 36 enfants en ont profité. Des projets qui passent parfois par des montages financiers avec d’autres associations caritatives et les commissions communales d’action sociale de Munster et Metzeral.

En 2016, un changement législatif a rendu plus onéreux l’accès aux établissements d’accueils de jour pour les personnes âgées dépendantes. Depuis, l’association peut financer pour ces personnes des journées au Petit Manoir de Munster. Une aide ponctuelle qui permet aux familles et conjoints de souffler dans leur isolement.

Sur le même thème

La solidarité selon Charles Gide

La solidarité selon Charles Gide

Le solidarisme est une école de pensée qui cherchait « à sortir les pauvres de la dépendance à l’égard de la générosité toute relative des riches, en leur permettant de prendre eux-mêmes en charge leur vie matérielle. »

Un contenu proposé par Forum protestant
Repenser nos solidarités

Repenser nos solidarités

Les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, et plus nombreux. Des formes de solidarité sont ainsi à repenser. A découvrir dans le numéro de décembre 2018 de "Foi & Vie".

Un contenu proposé par Foi & Vie
Prendre en charge des mineur étrangers

Prendre en charge des mineurs étrangers

Depuis 2012, la fondation Saint-Jean à Mulhouse accompagne des adolescents étrangers arrivés en France sans parent.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !