Une attente quasi messianique ?

Une attente quasi messianique ?

De Vercingétorix à Obama en passant par Bonaparte, Sarkozy et tant d’autres, les politiques sont souvent mis sur un piédestal avant d’en être destitués. Que révèle cette quête de l’homme ou de la femme politique providentiels ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 16 mai 2017

Auteur : Daniel Zimmer

L’émergence de la figure du « chef » n’est pas le fait de la volonté du personnage qui l’incarne. Elle résulte plutôt d’un mouvement collectif porté par des psychologies individuelles qui tendent au même but : se soumettre à une autorité extérieure forte. Un jour, une de mes patientes, me voyant arriver pour ma visite journalière en compagnie de l’aumônier de la clinique, me héla de loin et prit l’aumônier à témoin en me désignant : « Lui, c’est mon sauveur ! » Cela ne manqua pas de nous plonger dans des abîmes psychologiques et théologiques. Le chef est fait par la foule mais il le reste s’il se complait à abuser du pouvoir qu’on lui donne… La contestation de l’autorité collective passe d’abord par « le meurtre du père ». S’en suit, en conséquence, la culpabilité des enfants, qui vont désigner une nouvelle figure de tyran parmi les fils du chef tué. Et le cycle continue.

L’illusion de la liberté

Marx se trompe quand il suppose que les individus, sauvés de la figure de l’oppresseur, vont naturellement tendre vers leur libération définitive. Marx est voué à l’échec sans l’aide de Freud : de la même façon que la victime peut se faire complice de son agresseur malgré sa propre volonté, l’homme libéré va recréer les conditions de sa propre servitude par ce que Freud appelle « pulsion de mort » ou « compulsion de répétition ».

Notre époque a particulièrement destitué toutes les figures d’autorité portées par la société. Les gens détestent la science médicale, mais adorent les thérapeutes de tout poil et de toute « énergie ». Ils répugnent à croire en Dieu, mais adorent les maîtres spirituels de sagesses « prêtes à porter ». Nos contemporains sont les cibles faciles de tyrans potentiels. Mais, contrairement aux années 1930 où des tyrans ont pu s’installer de façon durable, notre société ne semble pas aujourd’hui capable de fabriquer une figure de chef dans la durée. La rapidité des nouveaux médias institue très vite un nouveau sauveur, fait d’Obama un prix Nobel avant qu’il n’ait fait le moindre acte politique en faveur de la paix, puis le renvoie à une médiocre indifférence. Un Trump est appelé par une Amérique en profond désarroi, mais soulève à peine arrivé les critiques narquoises du peuple qui l’a porté au sommet. À peine institué, le chef qui paraissait fort l’instant d’avant s’évanouit dans la destitution immédiate, avant qu’il ait pu commettre quelque acte politique tangible. Ouf, dira-t-on…

Daniel Zimmer
Psychiatre

Dans la même rubrique...

Convictions 2022 // Église et politique

Les autorités et institutions qui structurent notre nation doivent faire preuve de sagesse, agir en faveur de la paix et préserver la liberté de culte et d’expression.

Un contenu proposé par CNEF – Infos

Présidentielle : 65% des protestants ont voté pour Emmanuel Macron

Comme lors du premier tour de l’élection présidentielle, les protestants ont placé Emmanuel Macron en tête. Les catholiques (55 %) et les musulmans (85 %) ont fait le même choix.

Un contenu proposé par Réforme

J’adopte l’éco-conduite

Les prix des carburants s’envolent, et il est plus que temps de réduire nos émissions de CO2. Si vous ne pouvez faire autrement que d’utiliser votre véhicule, mettez en place des habitudes qui allègent votre consommation.

Un contenu proposé par Inspirations

L’Armée du Salut mobilisée au centre d’accueil pour réfugiés ukrainiens de la Porte de Versailles

Depuis le 24 février, date du début de la guerre en Ukraine, plus de 26 000 personnes fuyant l’Ukraine sont arrivées en France.

Un contenu proposé par Armée du Salut

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast