religiosité

Une histoire du sentiment religieux au XIXe siècle

Ce livre aurait dû s’appeler « Une histoire du sentiment religieux catholique au XIXe siècle ». Toute référence à une autre religion en est absente, sauf un chapitre sur une vague néo-bouddhiste.

Un contenu proposé par LibreSens

Publié le 4 mars 2021

Lire directement l’article sur LibreSens

Ceci étant dit, étant donné la place écrasante qui est celle du catholicisme en France au XIXe siècle (au dernier recensement – 1872 – à avoir encore comporté une question sur leur appartenance religieuse, 98% des Français se disent catholiques romains), le protestantisme a peut-être été quelque peu influencé par des rites de sociabilité catholiques ou par de nouvelles pratiques comme le spiritisme.

Ce livre est un recueil de différents articles et communications que l’A. a écrits ou prononcées lors de colloques. Les cinq premiers chapitres sont des portraits d’hommes dont les écrits ont eu une influence à leur époque, même s’ils sont – sauf Victor Hugo, étudié là comme spirite – complètement oubliés aujourd’hui. Les trois suivants concernent des débats théologiques internes au catholicisme : l’effacement progressif de la référence à l’enfer et à la damnation éternelle pour mettre l’accent sur la miséricorde de Dieu et l’accueil des élus, le purgatoire étant comme un sas d’attente. Les prières pour les âmes du purgatoire deviennent essentielles, des troncs dans les églises sont prévus pour que soient dites des messes pour les « âmes délaissées »,  les défunts qui n’auraient pas de famille pour prier pour eux… Ces défunts deviennent ainsi des « intercesseurs à part entière »  pour les vivants, tels des anges gardiens. Ce passage « du dieu terrible au dieu d’amour » (Gérard Cholvy) est dans la ligne de la prédication de saint Alphonse de Liguori qui prônait une théologie morale plus souple que la morale tridentine. En ce qui concerne le purgatoire, les évolutions se sont poursuivies, ce qu’a montré l’A. dans un ouvrage précédent, « Le crépuscule du purgatoire », 2013.
Les quatre derniers chapitres de ce livre sous le titre « Tendances » s’intéressent aux formes de piété, au « tournant sulpicien des années 1850 », à la religion du deuil, à l’intérêt pour le spiritisme et à la belle figure de Frédéric Ozanam (dans son rapport à la mort et aux morts). Elles témoignent de l’inquiétude spirituelle du temps.

Quand on envisage ce qu’a été l’Église catholique au XIXe siècle, à son triomphalisme des années 1850 si dur pour le protestantisme, on pense à son refus du monde moderne né de la Révolution française, au Syllabus, aux deux proclamations qui traduisent ce raidissement dogmatique, l’Immaculée conception (1854) et l’infaillibilité pontificale (1870). C’est sous cet angle que l’histoire est généralement écrite. Or ce livre aborde l’histoire du catholicisme pendant cette cinquantaine d’années (1830-1880) sous un angle différent, ce qui est à la fois un manque et un plus.

Lire la suite sur LibreSens

Dans la même rubrique...

Le christianisme comme repère en temps de crise

Le pasteur et théologien Jean-Denis Kraege évoque la foi en un Dieu qui nous rend plus solides face à une crise comme celle de la Covid-19.

Un contenu proposé par Campus protestant

La sexualité des adolescents à l’heure des réseaux sociaux

Un documentaire sur Arte appelé « Préliminaires » donne la parole aux adolescents sur leur sexualité. L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Exception culturelle

Un éditorial de Jean-Luc Mouton, directeur de Réforme.

Un contenu proposé par Réforme

Démystifier le travail

Thierry Lenoir, pasteur et conférencier adventiste, s'interroge sur le sens du travail dans une perspective chrétienne.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

LibreSens

Le blog LibreSens publie des comptes rendus de lecture écrits non par des critiques littéraires ou des journalistes, mais par des lecteurs avertis (pasteurs, laïcs engagés, théologiens, historiens, philosophes, biblistes…), ce qui constitue son originalité. LibreSens est le Club de lecture des amis du CPED (Centre protestant d’étude et de documentation).

Derniers contenus du partenaire