Valentin, et pourquoi pas Cécile ?

Valentin, et pourquoi pas Cécile ?

En février, elle revient en même temps que les flocons de neige : la Saint-Valentin ! Cette fête de l’amour a de quoi réjouir ! Enfin… elle le pourrait si elle ne véhiculait pas des conceptions moyenâgeuses sur le couple et sur la femme.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 14 février 2017

Auteur : Joël Vergnon

Dans le froid de l’hiver, la fête de la Saint-Valentin arrive comme un poumon d’oxygène. Il fait bon voir des amoureux transis se bécoter dans les pubs ou les boîtes de nuit, à défaut de bancs publics. Cette vision peut réchauffer les coeurs. Mais c’est oublier l’origine de cette fête.

Les origines de la saint Valentin, fêtée traditionnellement le 14 février, les origines de la Saint-Valentin ne sont pas laïques, païennes mais bel et bien catholiques. Cette fête naît en plein Moyen Âge. À cette époque, l’Église catholique est puissante et influence la société, ses moeurs et ses pensées. Pour les théologiens de Rome, la femme est dangereuse. Elle est accusée d’être lubrique et perverse de nature. Une vraie catin ! La sexualité est considérée comme un péché. Les hommes et les femmes sont donc exhortés au célibat et à la chasteté. La virginité est le prix de la grâce.

L’Église propose alors la figure de Marie comme modèle pour les femmes et pour les couples qui se marient. Un modèle inimitable ! Les femmes ne peuvent être tout à la fois vierges et mères. Les couples, eux, peuvent vivre maritalement comme Joseph et Marie… en renonçant à la procréation et à la pratique sexuelle. Au XIIIe siècle apparaissent ainsi les « mariages non-consommés ». Ces couples renoncent à la sexualité et à l’engendrement. L’Église confirme la sainteté de ces unions. Les couples qui se sont engagés sur cette voie sont loués. Pierre Lombard et saint Thomas, au siècle suivant, proposent aux couples l’exemple de Cécile et Valentin, des amoureux qui vécurent platoniquement et moururent en martyrs sous les Romains. Seul le nom de l’homme fut conservé au fil du temps pour donner son nom à la fête des amoureux.

Presse régionale protestante

Retrouvez d’autres articles de Paroles Protestantes Paris sur le site de la Presse régionale protestante.

Dans la même rubrique...

La grossesse à l’épreuve de l’exil

A la rue ou dans les centres d’hébergement d’urgence (CHU), la Fondation de l’Armée du Salut constate une forte hausse de femmes enceintes.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Perquisitions chez des ministres

Une information judiciaire sur la gestion de la crise du coronavirus a entraîné plusieurs perquisitions jeudi 15 octobre. Le théologien Antoine Nouis nous livre son point de vue.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Macron et le « modèle Amish »

Quand 70 élus ont appelé à un moratoire sur l’attribution des fréquences 5G, le président a ironisé sur le « modèle amish ». Mais des résistances venant de divers bords posent de bonnes questions quant au déploiement de cette technologie.

Un contenu proposé par

« La laïcité est devenue notre seule identité »

Pour le philosophe Olivier Abel, la France se complait dans les caricatures. Elles sont devenues pour nous une sorte de sacré qui ne répond pas au projet laïc d’une société plurielle.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram