Valentin, et pourquoi pas Cécile ?

Valentin, et pourquoi pas Cécile ?

En février, elle revient en même temps que les flocons de neige : la Saint-Valentin ! Cette fête de l’amour a de quoi réjouir ! Enfin… elle le pourrait si elle ne véhiculait pas des conceptions moyenâgeuses sur le couple et sur la femme.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 14 février 2017

Auteur : Joël Vergnon

Dans le froid de l’hiver, la fête de la Saint-Valentin arrive comme un poumon d’oxygène. Il fait bon voir des amoureux transis se bécoter dans les pubs ou les boîtes de nuit, à défaut de bancs publics. Cette vision peut réchauffer les coeurs. Mais c’est oublier l’origine de cette fête.

Les origines de la saint Valentin, fêtée traditionnellement le 14 février, les origines de la Saint-Valentin ne sont pas laïques, païennes mais bel et bien catholiques. Cette fête naît en plein Moyen Âge. À cette époque, l’Église catholique est puissante et influence la société, ses moeurs et ses pensées. Pour les théologiens de Rome, la femme est dangereuse. Elle est accusée d’être lubrique et perverse de nature. Une vraie catin ! La sexualité est considérée comme un péché. Les hommes et les femmes sont donc exhortés au célibat et à la chasteté. La virginité est le prix de la grâce.

L’Église propose alors la figure de Marie comme modèle pour les femmes et pour les couples qui se marient. Un modèle inimitable ! Les femmes ne peuvent être tout à la fois vierges et mères. Les couples, eux, peuvent vivre maritalement comme Joseph et Marie… en renonçant à la procréation et à la pratique sexuelle. Au XIIIe siècle apparaissent ainsi les « mariages non-consommés ». Ces couples renoncent à la sexualité et à l’engendrement. L’Église confirme la sainteté de ces unions. Les couples qui se sont engagés sur cette voie sont loués. Pierre Lombard et saint Thomas, au siècle suivant, proposent aux couples l’exemple de Cécile et Valentin, des amoureux qui vécurent platoniquement et moururent en martyrs sous les Romains. Seul le nom de l’homme fut conservé au fil du temps pour donner son nom à la fête des amoureux.

Presse régionale protestante

Retrouvez d’autres articles de Paroles Protestantes Paris sur le site de la Presse régionale protestante.

Dans la même rubrique...

Pâques n’est pas le printemps

La contemplation du printemps est une ode à la vie particulièrement précieuse en ces temps troublés. Sur des rameaux désolés explosent des bourgeons puis des feuilles, selon un processus à chaque fois surprenant et pourtant immuable.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Bonne nouvelle : les jeunes lisent toujours pour le plaisir !

Le 23 mars, le Centre national du livre (CNL) a dévoilé les résultats de son étude « Les jeunes Français et la lecture » confiée à Ipsos.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Guerre en Ukraine, Covid-19 en Chine, crash d’un avion… Les 5 informations à retenir du week-end

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume l'actualité du week-end écoulé.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Fin du port du masque, attentat raciste aux États-Unis… Les 5 informations à retenir du week-end

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume l'actualité du week-end écoulé.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast