Vieillir, entre refus et acceptation

Vieillir, entre refus et acceptation

Le vieillissement met aujourd’hui notre société au défi, mais aussi chacun d’entre nous. Comment vivre avec cette réalité ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 26 novembre 2018

Auteur : Claire Gandanger

En sport, on est vétéran à 35 ans, l’âge auquel les cellules du corps commencent à moins se régénérer. L’entreprise tient pour « vieux » les plus de 50 ans, voire 45. Pour les 35-49 ans, on devient vieux à 66 ans. Pour les plus de 60 ans, pas avant 76 (1). « L’âge est une donnée biologique socialement manipulée et manipulable », prévenait dès 1978 le sociologue Pierre Bourdieu. Aujourd’hui, la retraite n’est plus le début de la fin de vie mais celui d’une nouvelle vie qui peut durer des décennies. La plupart des plus de 65 ans vivrait bien leur vieillesse. Ils s’estimeraient majoritairement en bonne santé, physique et psychologique, et gagneraient avec l’âge l’impression de moins subir leur vie. 90 % d’entre eux disent ne pas ressentir de grande solitude, grâce à leurs liens avec leurs familles, amis et voisins.

Beaucoup manquent cependant de discussions sérieuses avec leurs enfants et de partage avec leurs petits-enfants pour leur faire découvrir des choses qui leur tiennent à cœur (2) Les spécialistes voient trois âges dans la vieillesse : le début de la retraite (60-75 ans), actif et en bonne santé ; l’âge du vieillissement à partir de 75 ans avec un risque d’isolement, de problèmes de santé et de plus forte dépendance aux autres ; et le troisième âge après 80 ans, qui implique une dépendance de plus en plus forte, des adaptations du logement, voire le recours aux Ehpad (3).

Un enjeu de société

« La vieillesse est en fait très inégalitaire », modère Marie Lombard, gériatre en hôpital public à Dijon. « Ce qui pose problème, c’est le vieillissement pathologique.» Le défi du bien vieillir devient un enjeu de société dans la mesure où la dépendance et les maladies neurodégénératives augmentent. L’idée de finir ses jours seul en Ehpad fait l’effet d’un épouvantail pour la génération des baby-boomers. L’association de retraités Cocon 3S (4) se réunit régulièrement à Strasbourg pour échanger sur l’avenir. « Nous prétendons rester indépendants le plus longtemps possible et avoir une action sur la vie qui tourne », défend Christiane Sibieude, 69 ans. « Nous ne voulons pas être des fabricants de macramés et de mots croisés.» Cocon 3S planche sur un habitat social partagé à Strasbourg : une solidarité quotidienne permettrait à chacun de veiller sur l’autre.

Vieillir exige de s’adapter, résume Marie Lombard. « Et c’est compliqué de s’y mettre quand on a 60 ou 70 ans. Il faut s’y préparer beaucoup plus tôt. » Pour elle, les femmes vieillissent en général mieux que les hommes : « Elles ont une meilleure capacité d’adaptation, héritée de leur vie multitâches et une hygiène de vie moins susceptible d’entraîner des dépendances. Les hommes ne savent pas s’occuper d’eux après un veuvage. Leur départ en retraite est plus difficile parce qu’ils ont surinvesti le travail. Mais cela va changer d’ici quelques générations. »

En France, 728 000 personnes âgées vivent en institutions. Elles y passent en moyenne les trois dernières années de leur vie. Si le domicile reste le garant de l’identité quand tous les autres repères flanchent, rester chez soi n’épargne pas les ruptures, souligne Joa Ebel, psychologue dans un service de soin infirmier à domicile dans le Bas-Rhin.

« J’accompagne beaucoup de personnes en situation de deuil et d’acceptation de la maladie, de la dépendance. » « Qu’est-ce qui nous terrifie le plus ? La perte progressive et naturelle de nos facultés ou le regard que notre société porte sur notre déchéance ? », interroge la psychologue Marie de Hennezel. Quand on a trouvé un sens à sa vie, dans l’amour et la transmission, on peut accepter la dépendance en fin de vie, soutient-elle, comme le retour paisible au temps de la prime enfance, jamais oublié. (5)

1. Étude Prévoir et Ifop de février 2011.

2. Enquête de novembre 2013, citée dans la revue Soins Gérontologie n°115, septembre/octobre 2015.

3. Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

4. Cocon 3S Alsace – Association pour le développement de la cohabitation conviviale, solidaire et partageuse pour Séniors Solos Solidaires – cocon3alsace@gmail. com, 06 87 20 15 09.

5. Comment accepter de vieillir ? Sous la direction d’Alain Houziaux, Les éditions de l’Atelier, 2003.

Sur le même thème

La Semaine bleue avec les médias protestants

La Semaine bleue avec les médias protestants

Du 8 au 14 octobre, la Semaine Bleue met à l'honneur les retraités et personnes âgées. L'occasion de redécouvrir une sélection de contenus publiés par les médias protestants.

Un contenu proposé par Regards protestants
Vieillir : le témoignage de deux pasteurs octogénaires

Vieillir : le témoignage de deux pasteurs octogénaires

Deux pasteurs retraités, un homme et une femme, expriment ce que leur inspire le fait de vieillir. Comment l’accueillent-ils, eux qui ont accompagné toute leur vie des personnes âgées ?

Un contenu proposé par
Jeunes et personnes âgées cultivent leur jardin

Jeunes et personnes âgées cultivent leur jardin

A la maison de retraite médicalisée la Sarrazinière, à Saint-Etienne, cette initiative permet aux uns de retrouver une seconde jeunesse et aux autres de s’engager solidairement.

Un contenu proposé par Armée du Salut

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants