Le sacerdoce universel

Notre sacerdoce va nous permettre de nous adresser à Dieu, de prier pour les autres. L'idée du sacerdoce universel rejette donc toute différence ontologique entre les clercs et les laïcs. Un grand principe du protestantisme commenté par Nicola Stricker.

Un contenu proposé par Meromedia

Auteur : Nicola Stricker

Publié le 8 février 2013

Marianne Guéroult : « Je ne me sens pas en tant que pasteur mise au-dessus. Certains pasteurs se sentent en tant que bergers mis au-devant du peuple pour ramener les fidèles à Dieu. Moi, je me sens une parmi d’autres, c’est-à-dire que Dieu m’a appelée particulièrement pour transmettre sa Parole, pour que j’aie une place dans l’Eglise, un ministère… mais cela ne me met pas au-dessus des autres fidèles. Chaque fidèle a sa manière de vivre sa foi, a ses doutes, a ses forces. Et je crois que dans l’Eglise, on doit donner la parole à un maximum de personnes. »

Nicola Stricker : « Les propos de Marianne concernent le rapport entre le sacerdoce universel et le ministère pastoral. On peut distinguer là deux positions à l’intérieur du protestantisme : la position A, qui est celle de certains théologiens luthériens et de Luther lui-même, à savoir qu’il faut bien distinguer entre le sacerdoce universel qui est l’affaire de tous les chrétiens et  baptisés, et le ministère pastoral, qui est le ministère de la Parole, qui est confié à quelques-uns. Ce ministère est tellement valorisé que le pasteur est vu comme celui qui agit à la place du Christ. En quelques sortes, le ministère pastoral est le ministère du Christ. Et puis, il y a la position B, Marianne la partage, ainsi que des réformés, par exemple Karl Barth, qui fonde le ministère pastoral sur le sacerdoce universel. C’est-à-dire qu’il n’y a qu’une différence de fonction, le ministère du pasteur n’est là que pour le bon ordre de la paroisse. Il ne se distingue en rien des autres ministères ou de ceux qui n’ont pas de ministère. »

Jane Paone : « Chaque personne a une tâche importante à faire. Il faut juste trouver les talents, il faut trouver les dons que Dieu nous a donnés à chacun .Et il faut encourager les uns et les autres à développer ces dons et à les exercer. »

N. S. : « Avec cette idée de la répartition des tâches, en fonction des dons, Jane se rattache tout à fait à la position B du protestantisme. Mais il y a un accent qui est mis sur la nécessité de trouver les bonnes personnes, de les discerner. Il revient à l’Eglise de chercher ses membres, ceux qui lui semblent aptes. C’est aussi se fier plus à son propre jugement qu’à Dieu, qui peut aussi faire d’un mauvais étudiant un bon pasteur, par exemple. »

Cette vidéo fait partie de la série : Les grands principes du protestantisme, par la théologienne Nicola Stricker
Réalisation : JMAGE – Jeremy Frey
Production : JMAGE – Maud Lambert
Diffusion : Meromedia – Isabelle Fiévet-Rossignol

Dans la même rubrique...

Jésus et l’homme riche

Dans la parabole du jeune homme riche la richesse matérielle n’est pas perçue comme mauvaise en soi mais elle peut être un frein qui retarde la vie selon le cœur de Dieu.

Un contenu proposé par Campus protestant
La volonté, seul critère du pouvoir ?

La volonté, seul critère du pouvoir ?

L’épisode de la vigne de Naboth dans 1 Rois 21 nous interroge sur l’origine du pouvoir.

Un contenu proposé par Proteste
Comment la Bible est devenue sacrée

Comment la Bible est devenue sacrée

Le professeur Michael L. Satlow explique comment une ancienne collection d’écrits israélites obscurs s’est transformée en corpus fondateur du judaïsme et du christianisme.

Un contenu proposé par Labor et Fides

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Meromedia

Meromedia a assuré entre 1986 et 2016 la production de films, vidéos et applications interactives : des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits, des vidéos sur l’histoire du protestantisme… Un grand nombre de ces vidéos est disponible sur sa chaîne YouTube.

Les principaux contenus de Meromedia sont visibles depuis septembre 2017 sur la plateforme vidéo Campus protestant.

Derniers contenus du partenaire