Accueillir les migrants, oui mais comment ?

Accueillir les migrants, oui mais comment ?

Entretien avec Damaris Hege, secrétaire régionale de la Fédération d'entraide protestante Grand-Est, qui nous donne quelques pistes et conseils pour accueillir au mieux ces personnes fragilisées.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 24 novembre 2015

Ils sont des milliers à fuir la guerre et les persécutions. Les 24 000 migrants que la France s’est dite prête à accueillir dans les deux prochaines années viendront essentiellement de Syrie mais aussi d’Irak, d’Érythrée, de République démocratique du Congo… L’aide se met en place, notamment du côté de la Fédération de l’entraide protestante (FEP). Les propositions de soutiens des particuliers sont nombreuses. Pour accueillir au mieux ces personnes fragilisées, voici quelques pistes et conseils.

Les chrétiens n’ont pas attendu l’actualité brûlante pour se soucier des réfugiés irakiens et syriens. Qu’est-ce qui a déjà été réalisé ?

La Fédération de l’entraide protestante (FEP) est mobilisée depuis un an. Nous travaillons avec l’Action chrétienne en Orient (ACO) et l’association d’aide d’urgence Medair qui repèrent les personnes particulièrement fragilisées dans les camps de réfugiés en Syrie. Des demandes de visas sont faites et ces gens arrivent en France lorsqu’ils ont leurs papiers. La FEP se charge alors de leur trouver un hébergement via les paroisses ou les associations protestantes. En un an, 150 personnes ont bénéficié de ce dispositif. C’est à la fois peu à l’échelle du drame mais pour ceux qui sont accueillis c’est énorme. Une centaine de visas est en attente. Nous ne savons pas exactement ce qui bloque au Ministère de l’immigration.

Aujourd’hui, quels sont vos défis principaux ?

Le premier, c’est de tout mettre en place pour que nous soyons prêts lorsque les suivants arriveront, peut-être plus massivement qu’actuellement. C’est un gros travail d’organisation de répondre à tous les mails et appels téléphoniques, de mettre en relation par secteur ceux qui proposent de l’aide, de coordonner et d’être créatifs.
Le second, c’est la mise en place d’une plateforme de conseil et d’accompagnement des hébergés et des familles ou paroisses d’accueil. Des professionnels, oeuvrant au sein d’associations de la FEP, seront à leur disposition (via un numéro de téléphone) pour les aider concrètement dans les démarches administratives, pour un soutien à la parentalité – ces familles sont traumatisées et fragilisées, elles ont besoin d’aide y compris pour que leurs enfants retrouvent confiance et repères. Cette plateforme proposera des formations, un accompagnement psychologique et fera des visites à domicile si besoin.
Enfin le dernier, c’est d’agir dans une perspective de long terme, au-delà de l’émotion. Les familles qui arrivent doivent s’intégrer, se reconstruire, avoir un nouveau projet de vie qui apporte sa pierre à notre pays. Cela prendra des mois, des années…

Pensez-vous que la situation va se stabiliser ?

C’est une question de politique mondiale à laquelle je n’ai pas de réponse. Ce dont je suis sûre c’est que la situation était dramatique au Moyen-Orient bien avant la photo du petit garçon sur la plage. Devons-nous craindre cet afflux d’étrangers ? Je ne crois pas. Toutes les études montrent que l’immigration n’a pas de conséquences négatives sur le marché de l’emploi et que les étrangers enrichissent économiquement et culturellement les pays d’accueil. Demandez à vos enfants quels sont leurs plats préférés ! La pizza, le couscous et le kebab…

Que dites-vous à ceux qui aimeraient aider mais ne savent pas comment ?

Accompagner une famille de migrants c’est une belle aventure, c’est riche mais c’est aussi difficile et risqué. Il ne faut pas se lancer tout seul. Parlez-en autour de vous ; essayez de vous regrouper avec des amis, des voisins, des paroissiens, votre pasteur. C’est l’occasion, pourquoi pas, de construire un projet de paroisse autour de l’accueil. Faites la liste de ce que vous pouvez apporter en temps, en actions, en argent, en logements. Tout le monde ne doit pas tout faire, mais si chacun prend sa part, on peut aller très loin.

Est-ce à l’Eglise de se soucier d’aider les migrants ?

L’histoire de l’Eglise regorge d’exemples d’oeuvres protestantes fondées pour répondre à des besoins précis que l’Etat ne prenait pas, ou pas suffisamment, en charge. Cette « crise migratoire » est peut-être une occasion de redynamiser la diaconie dans nos paroisses. Quand dans la Bible je lis la parabole du bon Samaritain, que j’entends le Christ me dire « Tout ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait », je ne me pose plus cette question…
(1) La Fédération de l’Entraide Protestante, visage de la solidarité du protestantisme en France, regroupe 360 associations et fondations qui oeuvrent dans les secteurs social, médico-social et sanitaire.

www.fep-est.fr – mail : grandest@fep.asso.fr Tél. 03 88 25 90 44

Et moi, que puis-je faire (avec d’autres) ?

1. Organiser un concert pour récolter des dons pour cette action de la FEP
2. Faire des dons en argent ou en nature à des associations d’accueil ou d’entraide
3. Dépoussiérer la chambre d’amis afin d’y recevoir une personne ou un couple ; pour inviter une grande famille, mieux vaut une grande maison
4. Donner du temps pour accompagner les migrants dans leurs démarches administratives ou leur donner des cours de français…

Dans la même rubrique...

La Saison de la Création, un temps de jubilé pour la Terre

Du 1er septembre au 4 octobre 2020, les communautés chrétiennes sont invitées à célébrer la Saison de la Création.

Un contenu proposé par Fil Actu – FPF

Prolongation des mesures sanitaires

Pas de réels changements dans les mesures de précautions générales concernant les cultes, suite à l'annonce du décret national du 11 juillet. La prudence est toujours de rigueur.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

“Ramener la grâce à la maison”

Partir à l’étranger, se former pour Dieu et le servir auprès des étudiants, voilà un programme complet ! C’est ce qu’a vécu Joël Rakoto, pendant un peu moins d’un an.

Un contenu proposé par Point-Théo

C’est quoi l’amour de Dieu ?

Une histoire imaginée par Marielle Pfender de l'Église protestante unie de La Rochelle à lire en famille.

Un contenu proposé par Ouest-Infos

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram