C’est quoi la robe pastorale ?

C’est quoi la robe pastorale ?

Propre à la tradition luthéro-réformée, la robe pastorale est à l’origine le signe de la formation académique du pasteur et de sa reconnaissance par l’Église.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 1 juin 2018

Auteur : E. Mayanga Pangu

Il y a trois ans, après une bénédiction de mariage et au moment du vin d’honneur, une dame m’a dit en riant : Monsieur le pasteur, quand je suis entrée dans le temple, je me suis dit : qu’est-ce qu’il fait là cet avocat ? Elle ne croyait pas si bien dire, la robe noire ressemble à celle des juristes. C’est la même robe que celle d’un docteur d’université ou d’un magistrat.

Un habit d’enseignement

Luther a repris la robe de docteur de l’Université qu’il était. Calvin et Zwingli porteront eux aussi cette robe en spécifiant qu’elle était également la robe du « ministre de l’Évangile ». C’est la robe de « Genève ». Première fonction qu’il ne faudrait pas oublier : la robe noire ou la toge est d’abord le signe du ministère de l’enseignement, l’uniforme de celui qui est habilité à enseigner. Ainsi, la robe manifeste la formation universitaire du pasteur et sa reconnaissance par l’Église. Il est « formé et habilité » pour la prédication et l’édification théologique de la communauté. Tous les pasteurs ne la portent pas car elle n’est pas un vêtement sacerdotal. Quelques pasteurs portent la robe blanche qui rappelle la lumière de la résurrection.

Symbole du ministère pastoral

La robe pastorale a une deuxième fonction symbolique pas très connue : cacher d’une certaine manière la personne du pasteur pour mettre en avant la proclamation de l’Évangile à travers la prédication. Pendant le culte, l’attention ne doit pas être portée sur la personne du pasteur ou son apparence physique mais sur l’essentiel : le Dieu de Jésus-Christ. Les manches de la robe noire sont larges ou fermées.

Devant, à la hauteur du cou et, descendant légèrement sur la poitrine, se trouve un rabat fait de deux languettes blanches. Si certains y voient le symbole de l’ancienne et la nouvelle alliance, à l’origine, c’était tout simplement la protection lavable de la robe pastorale. Car la laine noire devenait peu ragoûtante et était difficilement lavable. Il existe également un rabat en une seule pièce rappelant le Livre (la Bible).

Nous l’avons vu, au lieu des vêtements de clergé, les réformateurs ont donc adopté la toge noire du docteur. Aujourd’hui et pour beaucoup de protestants, la robe demeure un symbole fort du ministère pastoral. Témoin d’une présence et ancrage dans une histoire à laquelle les protestants restent majoritairement attachés.

Sur le même thème

100 raisons d’aller au culte

100 raisons d’aller au culte

Pourquoi se lever de bonne heure le dimanche matin ?

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
Chercher l’avenir que Dieu ouvre

Chercher l’avenir que Dieu ouvre

Questions au pasteur Laurent Schlumberger, nommé au 1er novembre au poste pastoral de l’Église de La Rencontre à Paris.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Pour/contre : le port de la robe pastorale

Dans une cérémonie œcuménique, si les prêtres se reconnaissent à leur aube blanche, les pasteurs, eux, le sont par le port de leur robe pastorale noire. Mais tous ne la portent pas…

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire