De la méfiance à l’amitié

De la méfiance à l’amitié

Par le biais d’une démarche artistique, des collégiens d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) ont tissé des liens très forts avec des jeunes migrants réfugiés. Le pari n’était pas gagné d’avance dans ce fief du Front national…

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 27 septembre 2017

Auteur : Caroline Lehmann

« Un migrant c’est pas humain ; un migrant ça nous veut du mal… » Voilà ce qu’a entendu Claire Audhuy la première fois qu’elle a rencontré la classe de 3e du collège Gérard Philipe. La strasbourgeoise, auteure de théâtre documentaire, venait d’être mandatée par l’Éducation nationale et la Direction régionale des affaires culturelles pour mener à bien, de janvier à mai 2017, des projets pédagogiques visant à « ouvrir les horizons » des enfants et des adolescents des établissements scolaires de la Communauté d’agglomération d’Hénin-Carvin. Loin de se laisser démonter, la jeune femme a préparé les jeunes à rencontrer des camarades issus de la classe de primo-arrivants originaires d’Afghanistan, du Tchad, d’Angola… « Pourquoi vous nous faites ça ? Je suis stressée à huit sur dix », réagit une élève angoissée juste avant la séance de prise de contact. Lors de cet atelier, les Français avaient à leur disposition du matériel de peinture et chacun était invité à faire le portrait d’un binôme étranger. « Au bout de vingt secondes, les uns et les autres se sont parlé ; quelques minutes plus tard, c’était la cohue, la glace était brisée », explique l’artiste. Les conditions étaient réunies pour écrire et monter une pièce de théâtre réunissant la trentaine de jeunes.

Au-delà des obstacles

Au final, un spectacle de trente-cinq de minutes, Bienvenue à Hénin-Beaumont, vu par près de mille personnes, a relaté le parcours des jeunes réfugiés mais aussi la façon dont les adolescents français ont pris conscience de leurs préjugés et les ont peu à peu dépassés. « Le groupe était très uni. On ne distinguait plus les Français et les étrangers », souligne Claire Audhuy tout en déplorant les nombreux obstacles dressés sur le chemin : censure du texte par le principal du collège ; menace de plainte par la municipalité FN, la pièce étant jugée trop connotée politiquement ; intimidations… Sans parler de certains jeunes en pleurs car leurs parents, membres du Conseil municipal, ont refusé de venir voir le spectacle. Il n’empêche, ce qui domine c’est une immense satisfaction : « J’ai vu la bienveillance naître dans les yeux de mes élèves, alors qu’au départ il n’y avait que méfiance et haine. Des liens se sont tissés et l’amitié, ça ne se détricote pas », conclut Claire Audhuy.

Dans la même rubrique...

Le chic protestant existe-t-il ?

La tenue austère des pasteurs aurait-elle vécu ? La féminisation du corps pastoral pourrait ouvrir la voie à une toute nouvelle « petite robe noire ».

Un contenu proposé par Campus protestant

Eva Di Fortunato élue à la tête de l’Église protestante de Genève

Elle a été élue à l’unanimité lors du dernier Consistoire qui s’est tenu les 17 et 18 juin derniers en visioconférence.

Un contenu proposé par Réformés

Guy Bottinelli, une pastorale populaire

Guy Bottinelli, pasteur de l’Église réformée, reinvente à partir des années 1960 la présence protestante dans le monde du travail français.

Un contenu proposé par Forum protestant

C’est la fête !

Quoi de mieux pour conclure cette semaine de festivités que de faire la fête ? Pour cette dernière matinale, toute l’équipe se retrouve dans la joie et la bonne humeur pour partager un moment festif et convivial.

Un contenu proposé par Radio Arc-en-Ciel

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire