PORTRAIT

Diacre, pour porter des projets

Depuis deux ans, Sylvie Michel exerce la fonction de diacre au sein de la paroisse de Colmar. Créé pour soutenir une action d’aide à la scolarité dans un des quartiers sensibles de la ville, ce ministère participe à fédérer les communautés autour d’un projet d’Église.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 17 septembre 2021

Auteur : Anne Mellier

Ancienne enseignante dans le primaire, dans la formation pour adultes et à l’université, Sylvie Michel avait toujours rêvé de créer une structure d’aide aux enfants en difficulté. En 2019, la mise en place d’un ministère de diacre au sein de la paroisse de Colmar a permis de faire de ce souhait une réalité. Grâce à l’engagement des paroissiens. Arrivée en 2001 à Colmar après être passée par Paris – où elle découvre l’Église réformée de France – puis Bourges – où on lui demande de prêcher en l’absence de pasteur –, cette sexagénaire s’implique immédiatement dans la paroisse de Colmar puis dans le consistoire. Un double sacerdoce porte sa vie au quotidien : son engagement au sein de l’Église, et son métier de professeur auprès d’enfants en difficulté.

Une large mobilisation

En 2017, un projet lui offre l’opportunité de réunir ses deux missions en une. « Le pasteur Thierry Mulhbach et quelques paroissiens voulaient relancer une action diaconale qui existait dans la paroisse Saint-Jean il y a une trentaine d’années, détaille-t-elle. La vocation première de cette paroisse était d’apporter un témoignage de l’Évangile par la diaconie au sein du quartier Europe », aujourd’hui classé prioritaire de la politique de la Ville.

Cette action prend la forme d’un accompagnement à la scolarité, animé par quatre paroissiens. « Lors des premières inscriptions, il y avait neuf enfants, aujourd’hui, il y en a plus de quarante », se réjouit Sylvie Michel. L’engagement des bénévoles fait rapidement boule de neige. « Toute la communauté s’est mobilisée », se souvient l’ancienne enseignante. Une communauté soudée par des projets touchant les trois lieux de cultes colmariens. L’inspection de Colmar s’engage à son tour et demande à l’Uepal l’ouverture d’un poste de diacre pour soutenir cette action, rattachée finalement à l’association protestante d’éducation populaire Campus sous le nom d’Asco. « C’est vraiment un projet qui est parti de la base, du terrain, pour être reconnu par les instances », explique Sylvie Michel.

En tant que diacre, Sylvie Michel travaille aujourd’hui à mi-temps comme cheffe de projet Asco Campus, et à mi-temps en paroisse où elle anime des cultes. Le projet né à Saint-Jean est aujourd’hui reconnu comme Clas (contrat local d’accompagnement à la scolarité) par la Caf, ce qui a permis de recruter une animatrice. Sylvie Michel pense assumer cette fonction encore quelques années. « J’irai le plus loin possible pour être sûre, en partant, de laisser une structure solide et pérenne derrière moi, expose-t-elle. J’ai la chance d’être à la mise en œuvre d’un projet porté largement. Je me sens privilégiée. »

Dans la même rubrique...

Les échanges internationaux, une chance pour la jeunesse

Un billet de Gérald Machabert, vice-président de VISA-Année diaconale.

Un contenu proposé par Réveil

Elina Rodevic, une musicienne engagée

Musicienne, mais aussi conseillère presbytérale. Elina a un profil plutôt singulier, découvrez son portrait.

Un contenu proposé par Echanges

La mission protestante complice de la mondialisation ?

Si les premiers missionnaires ont porté une grande attention aux peuples locaux, ils ont eu par la suite plus de difficultés à se départir de l’influence des pays européens.

Un contenu proposé par Campus protestant

Pomeyrol : Sœur Danielle reçoit la médaille du Mérite

Sœur Danielle, a été faite chevalier dans l’ordre national du Mérite le samedi 2 octobre 2022 à la salle polyvalente Pierre Emmanuel de Saint Étienne du Grès.

Un contenu proposé par Fil Actu – FPF

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants