Dialogue

Dîner du Cercle Charles Gide : Emmanuel Macron à l’écoute des protestants

Le président de la République a rencontré des entrepreneurs protestants, lors d’un dîner, mardi 26 octobre. L’occasion d’aborder des sujets chers à tous, tels que la laïcité, la lutte contre le séparatisme, l'accueil des réfugiés.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 27 octobre 2021

Auteur : Camille Verdi

Invité d’honneur du premier dîner du Cercle Charles Gide, Emmanuel Macron a rencontré des entrepreneurs protestants, mardi 26 octobre, dans les salons du Cercle de l’Union interalliée, à Paris. Il était accompagné de son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Organisé pour encourager les différentes composantes du protestantisme à échanger, le rendez-vous visait aussi à montrer l’engagement des protestants dans le domaine de l’économie, “tout en envoyant un message de solidarité”, a souligné Xavier Moreno, président du Cercle Charles Gide. Les bénéfices de la soirée seront, ainsi, intégralement reversés à la Fédération de l’entraide protestante (FEP), forte de 370 associations.

Le président de la Fédération protestante de France (FPF) a pour sa part profité de la présence du chef de l’État pour rappeler : “Le protestantisme trouve sa place dans la République, et la République trouve dans le protestantisme une ressource, un encouragement, un aiguillon acéré et je l’espère aussi un souffle”. Le pasteur a aussi souligné comment, “par son rapport à la responsabilité entrepreneuriale et sociale qui lui est reconnue, le protestantisme est l’un des nombreux acteurs attachés à la construction de la société”. Le tout en restant “attentif aux détresses, aux injustices, aux dysfonctionnements (…) aux souffrances liées à cette création de richesses, à ces transformations, à ces évolutions”.

“L’équilibre permanent entre l’individu et le collectif”

Si les idées protestantes et du chef de l’exécutif se rejoignent régulièrement, des points noirs persistent. C’est le cas notamment en matière d’accueil des réfugiés, mais également de certains Français, les gens du voyage. François Clavairoly a également rappelé ses craintes de voir les religions mise en causes après l’adoption de la loi sur la laïcité, qui pour lutter contre le séparatisme. “Les idées de séparatisme, à ce jour, sont portées par des discours de haine et de repli tout autant dans le monde du radicalisme religieux, que celui d’un laïcisme étriqué sans référent philosophique sérieux qui stigmatise ceux qui croient, que ceux tout aussi mortifères dans le monde des extrêmes en politique”, a-t-il détaillé.

Emmanuel Macron, lui, a souligné qu’il se devait de décider en pensant “la tension avec d’autres discours qui sont dans l’espace de la République et du débat public qui disent ou pensent ou veulent penser le contraire et qui profitent d’un écho”. Qu’il se devait à la fois d’être soucieux de “l’équilibre permanent entre l’individu et le collectif” avant de se prêter longuement au jeu des questions (préparées et improvisées) avec l’auditoire.

Dans la même rubrique...

Alléluia versus Arc-en-ciel

Une expression populaire allemande pour parler de quelqu’un qui n’est pas bien protestant dit : « il n’a pas le bon cantique ! » On peut dire aussi que si le protestant a toujours la bible à la main, il a son cantique dans l’autre main...

Un contenu proposé par Réveil

Rêver le futur pendant les Semaines sociales de France

Au programme de cette 95e rencontre : « Osons rêver l’avenir : prendre soin des Hommes et de la Terre ». Du 26 au 28 novembre.

Un contenu proposé par Réforme

La diversité des ministères en Église

Découvrez l'édito du numéro de l'été 2021 de la revue "Foi & Vie", consacré aux mutations dans les Églises protestantes francophones en Europe.

Un contenu proposé par Foi & Vie

Qu’est-ce qu’annoncer l’Évangile ?

Ces derniers mois, les Églises locales se sont rassemblées pour parler de la mission de l’Église, à partir d’un dossier intitulé : « Mission de l’Église et ministères ».

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest