Frédéric Trautmann, la mission chevillée au cœur

Frédéric Trautmann, la mission chevillée au cœur

Avec Frédéric Trautmann, le Défap ne perd pas seulement un de ses anciens présidents, c’est une personnalité profondément marquée par la mission qui disparaît. Hommage.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 15 juin 2019

Lire directement l’article sur Défap

La mission, le pasteur Frédéric Trautmann, qui vient de disparaître, y avait consacré une grande partie de sa vie : notamment durant toutes les années passées au Défap, dont il avait vu la naissance en tant que membre du comité directeur de la SMEP, et où il avait occupé successivement les fonctions de secrétaire exécutif, secrétaire général, puis président. Une cérémonie à sa mémoire aura lieu le jeudi 13 juin à Versailles, en présence de plusieurs représentants du Défap.

Avec Frédéric Trautmann, le Défap ne perd pas seulement un de ses anciens présidents – fonction qu’il avait occupée jusqu’en juin 2006, et à laquelle devait lui succéder Jean-Arnold de Clermont ; c’est une personnalité profondément marquée par la mission qui disparaît, au point d’y avoir consacré une grande partie de sa vie. «Au nom de Jésus-Christ, disait-il, l’important est que le chrétien soit un passeur de frontières qui excluent, un protestant qui témoigne et réagit contre toute atteinte à l’humanité de l’homme, à sa dignité, à sa liberté d’enfant de Dieu!».

Né en 1935 dans le nord de l’Alsace, tout près de la frontière avec le Palatinat, ce fils d’instituteur, en rejoignant l’université de Strasbourg, se destinait tout d’abord aux études de sciences, puis de psychologie. C’est à la fois un fond humaniste, l’impérieuse nécessité d’allier l’action à la réflexion, le tout s’ajoutant à un séjour dans une famille pastorale avec laquelle ses parents étaient en lien, qui devaient l’orienter vers la théologie. Un voyage d’études en Allemagne de l’Est lui donnait bientôt un aperçu de ces «frontières qui excluent» en le mettant en relation avec des étudiants et des pasteurs de l’autre côté du rideau de fer. Voyage effectué alors avec Georges Casalis, une personnalité issue d’une famille riche de missionnaires (et notamment Eugène Casalis, qui avait dirigé la SMEP, ancêtre du Défap), et marquée par un engagement fort […]

Lire la suite sur Défap

Sur le même thème

« Être en mission est une grâce »

« Être en mission est une grâce »

Dans son message lu à l’ouverture de l’AG 2019 du Défap, son président, Joël Dautheville, a prolongé l’appel à une « dynamique refondatrice » lancé l’année précédente.

Un contenu proposé par Défap

La mission en livres et en questions

Deux ouvrages publiés aux éditions Khartala viennent éclairer les évolutions de la mission entre le 19e siècle et aujourd'hui.

Un contenu proposé par Défap
A la découverte d'un pays, d'une culture, et de soi-même

A la découverte d’un pays, d’une culture, et de soi-même

Comment décide-t-on de partir en mission avec le Défap ? Les motivations peuvent être nombreuses... Une chose est sûre : c'est une aventure dont les envoyés sortent transformés !

Un contenu proposé par Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Défap

Le Défap est le service missionnaire de trois Églises protestantes de France : l’EPUdF, l’Unepref, l’UEPAL. Il accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !