Intégrisme et fondamentalisme

Intégrisme et fondamentalisme

Les chrétiens vivent leur foi dans un environnement ecclésial où cohabitent courants théologiques et sensibilités spirituelles. Le 19e siècle a été porteur d’un certain nombre de replis identitaires s’inscrivant dans une radicalisation de la pensée.

Un contenu proposé par Mission - Défap

Publié le 18 février 2013

Auteur : Jean-François Faba

Au sein du catholicisme, l’intégrisme pense avoir pour mission de confirmer l’Église apostolique et romaine dans son privilège d’être la seule voie pour atteindre le salut. À ce titre, il lui semble indispensable de rompre avec une certaine modernité sociale et morale pour « s’enraciner » dans le roc de la tradition et du dogme. D’où le nom de chrétien traditionaliste qui désigne le groupe porteur de ce courant de pensée dans le protestantisme, à la fin du 19e siècle, une démarche identique prend forme, non pas dans le registre de la tradition, mais dans celui du rapport au texte biblique. Ce texte est la parole de dieu, il est sacré et donc fondamentalement figé. L’intégrisme se transforme en fondamentalisme, en réaction à la lecture libérale qui autorise la critique historique et la contextualisation géographique.

Protéger la foi

De part et d’autre de ces deux courants importants du christianisme, il a semblé nécessaire de poser des barrières pour protéger la foi face à un environnement défavorable. Pour les uns, il faut défendre la tradition dogmatique qui encadre la foi de l’Église et pour les autres, il faut défendre le texte biblique qui encadre la parole de dieu. Tout apport et tout ajout portent en eux le risque de faire naître l’hérésie. Aujourd’hui, les sociétés découvrent un autre monothéisme lié au livre, l’islam, avec, sur ses marges, des intégristes qui pratiquent eux aussi une lecture fondamentaliste.

Une double visée

Nous avons relevé le caractère spécifiquement religieux de ces positions théologiques. Elles apportent au sein des Églises la possibilité de débats où se jouent la recherche de la vérité, le compromis dogmatique et, surtout, l’unité de la communauté dans une fraternité confessée et vécue.  Le débat, souvent très animé, amuse les médias et l’opinion publique dès lors qu’il discrédite ces institutions. Mais il peut faire peur quand il déborde des murs de l’église pour aller sur la place publique. Notre société sécularisée a réduit le fait religieux à une réalité archaïque et la foi n’a sa place que dans la sphère privée de chaque individu. Son expression n’est possible que dans le cadre reconnu, à savoir à l’intérieur d’un lieu de culte. Or le fondamentalisme et l’intégrisme débouchent sur des considérations environnementales où l’éthique, le vivre ensemble dépassent de beaucoup la seule communauté chrétienne et ils deviennent un sujet d’actualité au même titre que les autres.

Quelques exemples pour simplifier

Pour le protestantisme, les fondamentalistes des États-Unis ont mis en place un réseau qui soutient un capitalisme libéral et sans contrainte. Les « tea Party », par exemple, apportent leurs voix à un candidat à l’élection présidentielle. La lecture de la Bible permet de soutenir que dieu favorise et enrichit ceux qui le servent. Ainsi la pauvreté devient, paradoxalement, un problème religieux posé dans le débat politique. Dès lors, chacun est responsable de son sort et la société n’a que faire des éléments qui s’éloignent de dieu: ils en subissent seuls les conséquences.

Pour le musulman islamiste, le passage dans le domaine public se fait quand le djihad n’est plus l’effort personnel pour grandir dans la foi mais devient le support d’une guerre globale contre les ennemis supposés de l’islam. S’ouvre alors la porte vers l’espace public.

Effets sociaux et familiaux

Dans le catholicisme traditionnel, dès lors que la société change de points de repères, la tentation du courant intégriste est de sortir du cadre strictement ecclésial pour manifester une opposition au législateur jugé trop libéral et donc insupportable. Dans ce combat où la volonté de mettre en avant et à tout prix la valeur de la vie, il y a le risque d’en sous-estimer et parfois d’en nier les effets sociaux et familiaux. Les luttes contre l’avortement hier et contre le mariage homosexuel aujourd’hui en sont des exemples. L’appel à manifester sur le pavé de la rue tente, par ailleurs, de montrer que l’Église catholique romaine est toujours une puissance morale au sein de la société.

Intégriste…

À ce stade, nous pouvons remarquer que le fondamentaliste devient lui-même un intégriste car il défend une tradition sociale, économique et se referme sur ses certitudes. Nous découvrons le tragique de cette spiritualité déchirée entre sa proclamation d’un dieu d’amour, de justice et de paix… et la gestuelle de certains de ses fidèles qui réclament la mort de l’ennemi, militent pour la déroute du camp opposé, condamnent les hors-la-loi de la morale traditionnelle. Le fondamentaliste et l’intégriste ont besoin d’un ennemi pour survivre, ils doivent donc diaboliser l’objet de leur combat.

Nous avons, en préambule, situé au XIXe siècle l’apparition de ces deux formes d’interprétation du message chrétien. Avec le XXe siècle, un changement fondamental apparaît accompagné d’un bouleversement économique, social, urbain et moral. Le monde rural qui a été façonné à l’image des mythes et des histoires bibliques, dans un rapport dépendant au pouvoir divinement installé, émigre vers la cité qui réclame de la main-d’œuvre et promet de l’indépendance. Le paysan devient un ouvrier. Son cadre de vie change, il prend ses distances avec l’église qui n’est plus visible comme elle l’était au village. La promiscuité dans l’habitat, souvent insalubre, casse le modèle classique de la famille et de la morale bourgeoise.

Dérives radicales

Cette nouvelle situation, dominée aujourd’hui par la seule puissance de l’économie, favorise des dérives radicales. Dans sa volonté d’être missionnaire et donc de convaincre l’autre et si possible de le convertir, chaque dénomination construit l’argumentaire de son action et se donne ainsi la bonne conscience nécessaire pour envisager les situations extrêmes. Dans ce registre, l’ultime réconfort se trouve dans la démarche du mauvais martyr qui pourra toujours expliquer qu’il agit pour le bien de l’autre et au nom de dieu. (« Qui perdra sa vie la sauvera »).

Une nouvelle lecture

Sous une première lecture uniquement religieuse, nous découvrons une autre lecture possible, plus ou moins effacée, mais dont nous pouvons repérer les enjeux parfois contradictoires et qui vont bien au-delà de la simple revendication d’une bonne orthodoxie. L’intégriste fait référence à un passé idéalisé, il considère que le présent annonce un avenir épouvantable et, qu’à ce titre, il faut réagir en proposant une alternative qui n’est autre qu’un retour à ce passé connu.

L’intégrisme s’oppose aux conséquences sociales et morales d’un modèle économique omniprésent qui revendique la liberté d’action pour le marché avec, pour seule contrainte, la loi de l’offre et de la demande. L’intégrisme ne supporte pas les « dérives » morales et éthiques qui, au nom de la liberté, remettent en cause un ordre naturel voulu par dieu où, paradoxalement, la liberté accepte d’être soumise aux dogmes et à la tradition. Le fondamentalisme religieux, en imposant sa lecture du monde au travers de la seule lecture d’une partie du livre, critique les autres formes de fondamentalismes dans les domaines de l’économie, de la laïcité, de la politique.

Manipulation intellectuelle

Nous pouvons parfois percevoir une sorte de connivence, non explicitée, entre ces différentes formes d’intégrisme. De part et d’autre, l’argumentation se construit sur les bases d’une manipulation intellectuelle fondée sur le principe de l’omission, de l’oubli. Chacun revendique la bonne intelligence et refuse de voir la partialité de son propos. Le reproche fait à l’autre de manquer d’honnêteté intellectuelle en sélectionnant ses sources est une façon très habile de cacher son propre fonctionnement qui fait de même. Dès lors, aucun dialogue n’est plus possible, le rapport de force s’impose.

Sans vouloir conclure

Catholiques et musulmans intégristes semblent plus préoccupés à maintenir l’idée ou la référence à un passé hégémonique à la fois social et religieux. Ils développent la nostalgie d’un temps où la tradition, avec sa morale et l’affirmation d’un ordre naturel, s’imposait à l’ensemble de la communauté de préférence dans un monde rural. L’environnement était alors marqué par la présence centrale, à la vue de tous, de l’église ou de la mosquée. Ces bâtiments concentraient la vie religieuse et rythmaient l’ensemble du calendrier. La ville moderne ne permet plus cette proximité. En revanche, la tradition protestante a accepté l’idée de sa diversité liée aux courants théologiques et aux pères fondateurs. Sur cette base, le fondamentalisme protestant ne s’adresse pas à une communauté, référence à un temps ancien, mais à l’individu.

Celui-ci en se convertissant va rejoindre une communauté mais toujours dans un espace minoritaire. Ainsi l’objectif est de fournir à cet individu les outils pour vivre une sorte de schizophrénie entre son groupe religieux d’appartenance et le monde. Il n’y a dans cette démarche aucune nostalgie du passé, ni intérêt pour un monde rural plus structurant. À ce titre ce fondamentalisme va plutôt dans l’espace du monde urbain et de la mondialisation.

Dans la même rubrique...

L’Église protestante unie de Levallois-Clichy

Dans "Ciel, mon temple", Catherine Clément-Grandcourt reçoit les membres et le pasteur Jean-Charles Tenreiro de l’Église protestante unis de Levallois-Clichy, anciennement appelé "Petite-Étoile".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante
Parole d’étudiante : Claire Guénon des Mesnards témoigne

Parole d’étudiante : Claire Guénon des Mesnards témoigne

Claire Guénon des Mesnards est étudiante en Master 2 à la Faculté de théologie protestante de Montpellier. Elle se destine à devenir pasteure.

Un contenu proposé par Institut protestant de théologie
Les 10 contenus de sepyembre qu’il ne fallait pas rater !

Les 10 contenus de septembre qu’il ne fallait pas rater !

Retour sur l'actualité du mois écoulé avec les médias protestants.

Un contenu proposé par Regards protestants

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Mission – Défap

Mensuel protestant depuis 1823, Mission est le Journal du Service protestant de mission, le Défap. Ce service d’Églises accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire