du sens

« La chaleur humaine, ça ne s’achète pas »

Bénévole pour Entraide le Relai depuis presque deux ans, Ginette Hertwig a choisi de participer au réveillon organisé par l’association l’année dernière. Une veillée de Noël pleine de sens et de joie.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 20 décembre 2020

Un sapin décoré jusqu’au bout des branches, un repas à partager et assez de cadeaux pour chacun. Des gants, un bonnet, une écharpe. Et des petits paquets de gâteaux à ramener chez soi. Des sourires aussi, et « des yeux qui pétillent ». Un de ces moments où « les mots n’avaient plus leur place », où le bonheur se lisait dans les regards. Surtout quand elle s’est emparée de sa guitare pour jouer quelques chansons.

Ginette Hertwig se souvient bien de sa veillée de Noël 2019. Bénévole pour Entraide le Relai depuis le 1er janvier de la même année, elle avait choisi de la passer avec des bénéficiaires de l’association. Cette dernière gère un accueil de jour pour des personnes sans-abri ainsi qu’un centre d’hébergement. « Je venais régulièrement au coffee bar après le travail », détaille-t-elle. « C’est un endroit où l’on sert des boissons chaudes aux personnes en situation de grande précarité, où on peut échanger, rompre l’isolement. Je venais toutes les semaines. Avec le temps, on s’apprivoise », explique-t-elle, un sourire dans la voix. « Lorsque j’ai appris que l’association organisait une soirée de Noël, je me suis proposée. » « Ça m’a fait beaucoup du bien », juge-t-elle, un an après. « Aujourd’hui, Noël c’est souvent consommer des biens, faire toujours plus de cadeaux. J’ai trouvé cette veillée plus proche du vrai sens de cette fête. On a passé un moment convivial. Les organisateurs y avaient mis du cœur et pensé à tous : j’ai trouvé ça beau. Quand vous êtes plongés là-dedans, Noël devient quelque chose de différent. On se rend compte qu’être ensemble ça vaut tout l’or du monde. La chaleur humaine, ça ne s’achète pas. La générosité du cœur, ça ne se monnaye pas. »

Ginette Hertwig avait prévenu ses enfants qu’elle ne serait pas disponible le 24 au soir. « Ils ont très bien réagi et m’ont ditc’est très bien maman ce que tu fais ”.

Apparemment, j’ai réussi à leur transmettre les valeurs auxquelles je tiens. » Elle a passé le 25 avec eux et ses petits-enfants. Cette année, la bénévole ne participera pas à la veillée d’Entraide le Relai si elle a lieu. Après une année compliquée marquée par la Covid, elle souhaite privilégier sa famille pendant les fêtes. Voir sa petite fille née cet été, profiter de ses proches. Mais l’an prochain, si le réveillon de l’association est maintenu, elle sera là : « sans problème ».

Vous pourriez aimer aussi

Oïkocrédit : 45 ans de solidarité par le prêt

Des milliers d’épargnants soutiennent l’activité de près de 40 millions de personnes dans les pays du Sud et leur donne la force d’agir.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Bible et pardon : suivez la flèche !

Décocher une flèche… Telle est l’origine du problème. Car il n’y a pas de pardon qui ne présuppose une atteinte ou une offense.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

« Comment rester écolo sans finir dépressif »

Un livre que la journaliste Laure Noualhat a muri pendant dix ans. Le temps, pour elle, de suivre son propre cheminement d'éco-dépression puis de résilience.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Peut-on se réconcilier avec le tragique ?

Peut-on se réconcilier avec le tragique ?

Les réponses d'un philosophe, d'une psy et d'une pasteure.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants