La foi, de l’Alsace à Paris

Entre le luthéranisme alsacien et le calvinisme de « l’intérieur », Annie Burger Roussennac a connu différentes manières de vivre sa foi. Portrait.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 12 décembre 2017

Auteur : Fabienne Delaunoy

Annie Burger Roussennac, 55 ans, a grandi à Hurtigheim et a fréquenté sa paroisse luthérienne « par transmission familiale et par foi, en participant à l’École du dimanche et en distribuant ‘Le Messager’ notamment ». Le protestantisme à l’époque faisait partie de l’identité du village. « Je n’avais pas conscience que j’étais luthérienne et membre de l’Église protestante de la confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine. » Elle a vécu en Alsace jusqu’à ses 20 ans, avant de faire ses études à Paris où elle est restée. Sa grand-mère l’a manifestement beaucoup marquée. « Elle avait la certitude qu’on était minoritaire et qu’on risquait d’être absorbé par les catholiques. Dans ma famille, je me suis souvent entendu dire : ‘Surtout, n’épouse pas un catholique !’ Ma tante de Truchtersheim en a épousé un. A la messe, nous restions assis au moment où l’assemblée se levait car ‘on doit être fier d’être protestant’. »

À son arrivée à Paris, Annie Burger Roussennac a découvert l’église luthérienne, boulevard Barbès. « Cela a été un choc car je n’ai pas retrouvé ce que je connaissais en Alsace. Le pasteur était en aube blanche et la sainte Cène se pratiquait tous les dimanches alors que, dans mon village, c’était plutôt de l’ordre de trois fois par an. La liturgie était aussi différente.» Certains lui ont même fait remarquer qu’elle ressemblait davantage à une catholique dans sa pratique. Puis Annie s’est mariée avec un réformé. « J’ai été séduite par cette culture dont je me suis sentie proche intellectuellement. » Elle est néanmoins restée attachée à la paroisse luthérienne, où la majorité des paroissiens sont camerounais.

Pour cette enseignante, la minorité ne se joue pas entre réformé, luthérien ni même catholique : « Être chrétien à Paris, c’est déjà rare. » Surtout que le quartier de la Goutte d’or, où elle habite, est devenu majoritairement musulman et plusieurs mosquées s’y sont établies.

Dans la même rubrique...

Ça bouge à la Mission populaire évangélique de France !

Ça bouge à la Mission populaire évangélique de France !

La Mission populaire évangélique de France (MPEF) est devenue une « union », régie par la loi de 1901, rassemblant les « Fraternités » locales et des membres individuels.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Patrimoine protestant

L'édito vidéo du 20 septembre de Samuel Amedro, conseiller théologique à Réforme.

Un contenu proposé par

Le « Jardin de la fraternité » en Alsace

L’Alsace inaugure son cinquième jardin interreligieux. Le « Jardin de la fraternité » a été inauguré à Rixheim dans le Haut-Rhin.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire