Préparer le deuil

Le culte en souvenir des personnes décédées

Après avoir été méfiantes vis-à-vis des rites et temps de mémoire liés à la mort, des Églises protestantes locales proposent un culte en souvenir des personnes décédées durant l’année.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 1 novembre 2019

Auteur : Nathalie Paquereau

Se rencontrer

Ces cultes, souvent un dimanche de novembre, à proximité du jour des Morts, offrent un temps de communion avec les endeuillés. Les Églises locales souhaitent dire à tous ceux qui ont été frappés par le deuil qu’elles demeurent présentes à leu rs côtés. L’ idée est d’être en lien avec chaque personne dans toutes les circonstances de la vie et de permettre à celles qui ont en commun un deuil de se rencontrer autour d’un même temps « rituel ». Ces cultes du souvenir sont portés par la communauté. Ils sont spécifiques, mais toujours publics. Ce sont des temps pour reconnaître publiquement ce que vivent ces familles en deuil. Ils permettent également de prendre en compte la dimension de la mort, de la finitude que chacun vit, alors que notre société occidentale est dans le déni vis-à-vis de la mort.

Se soutenir les uns les autres

La perte d’un proche ne s’oublie jamais et reste marquée. Elle reste toujours douleur de l’absence, désirs inassouvis… Proposer ce type de culte, c’est affirmer que le Christ donne à tous les endeuillés la possibilité de vivre dans un triple état d’esprit : de deuil, de reconnaissance et de vie renouvelée. Il est alors un lieu pour permettre d’avoir le courage d’en parler, de partager, d’admettre notre fragilité, et la possibilité de se soutenir les uns les autres ; mais en aucun cas le culte ne comporte de prières pour les personnes décédées.

Accompagner le deuil

Ces cultes peuvent prendre des formes différentes. Pour certaines paroisses, ils sont spécialement dédiés au souvenir des défunts. D’autres choisissent d’évoquer le souvenir des personnes décédées durant l’année pendant le culte dominical. Souvent, les textes bibliques et la prédication sont en lien avec la mort. La liturgie du culte est orientée autour du souvenir et de la reconnaissance. On peut allumer une bougie en souvenir de chaque défunt de l’année et d’autres bougies peuvent être allumées par des paroissiens en souvenir de proches décédés. Chaque Église locale est libre d’accompagner cette parole du souvenir de gestes qu’elle pense adéquats et porteurs de sens pour accompagner les familles dans leur chemin de deuil.

Sur le même thème

Elise Cairus

« Dieu se manifeste par des petits signes de luminosité »

A Genève, Élise Cairus aspire à fonder une aumônerie œcuménique destinée aux parents traversant des moments difficiles liés à une naissance. Une problématique qui prend l’Église au dépourvu.

Un contenu proposé par Réformés

Perdre un enfant…

La perte d’un enfant provoque une profonde souffrance dans la vie d’un couple et d’une famille. Comment vivre et affronter le deuil sans s’éloigner les uns des autres?

Un contenu proposé par Family
Apprivoiser la mort

Apprivoiser la mort

L’auteure fait appel à des travaux nombreux et divers de psychologues, psychiatres, psychanalystes, sociologues, historiens, etc.

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant