solitude

Le Point Écoute, lieu des confidences

Inclu dans le projet Nootoos de l’église Saint-Pierre-le-Vieux à Strasbourg, le Point Écoute accueille ceux qui ont besoin de parler, se confier. Chaque année, une cinquantaine de personnes vient y trouver un peu de réconfort.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 23 avril 2021

Auteur : Ophélie Gobinet

Les permanences devaient reprendre‑le 22 janvier à l’église-Saint-Pierre-le-‑Vieux. Mais le contexte particulier‑de la crise sanitaire force les‑bénévoles du Point Écoute à‑poursuivre leur activité par téléphone. « C’est surtout l’isolement qui revient dans‑les échanges depuis quelques temps »,‑explique Arlette Haessig, psychologue‑et membre fondatrice du Point Écoute.

Depuis quatre ans, Nootoos, collaboration‑entre le Conseil presbytéral de Saint-‑Pierre-le-Vieux et l’Uepal, accompagne 220 projets sociaux, culturels ou cultuels‑qui sont mis en réseau les uns avec les‑autres. Le Point Écoute y a pris sa part en 2018. « Il répondait à un besoin de‑liens et d’écoute », précise Arnaud Stoltz, pasteur et coordinateur de Nootoos. Au total, cinq bénévoles (deux‑psychologues, une sophrologue, un pasteur et une pasteure-aumônier) se relaient tous les vendredis après-midi‑de 15h à 18h. Pas de rendez-vous, le‑Point Écoute est gratuit et ouvert à tous. « Nous avons une charte qui s’inscrit dans‑des valeurs chrétiennes », décrit Arlette‑Haessig qui se qualifie elle-même de « chrétienne engagée ». Chaque année, une cinquantaine de personnes trouve‑auprès des professionnels du Point Écoute un lieu de confidences et de confiance. « Si nous accueillons des personnes en‑grande précarité qui n’ont pas les moyens‑de payer des séances chez un psychologue, les permanences ne s’inscrivent pas dans‑une démarche de thérapie »,‑signale toutefois Arlette Haessig.

Communiquer davantage

Malgré les bonnes volontés, le Point‑Écoute souffre d’un manque de publicité. « Il peut être parfois décourageant d’être‑bénévole et de ne recevoir personne‑pendant une après-midi entière », admet Arnaud Stoltz. Mais le pasteur insiste : « Au lieu d’être‑une paroisse qui proclame l’Évangile, nous sommes une paroisse à l’écoute. On peut faire Église en écoutant, on lâche‑prise et on reçoit ce qui est à recevoir. »

Dans la même rubrique...

Entr’Elles, par l’écran et en présentiel

Le 23 octobre dernier, la rencontre Entr’Elles a fait preuve de flexibilité en accueillant 2000 participantes en semi-présentiel.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Hélène Walter, indispensable « petite main »

Il y a des serviteurs discrets que l’on oublie parfois. Et pourtant sans eux, rien ne serait possible. Hommage à tous ceux qui travaillent dans l’ombre.

Un contenu proposé par Le Cep

Je prie donc je suis

Un théologien concentre en un livre-bilan sa réflexion sur l'identité chrétienne. Une réponse résolument chrétienne et résolument moderne à l'irréligiosité du temps.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

Le musée-presbytère du pasteur Oberlin

L’histoire du Musée Oberlin et de son projet de développement est étroitement liée à celle du presbytère de Waldersbach. Par Fabien André, pasteur à Neuviller-la-Roche et au Musée Oberlin.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 45 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants