Le Récup’Art à l’institut de théologie protestante

Le Récup’Art à l’Institut de théologie protestante

Deux artistes ramasseurs et rassembleurs de débris pour une exposition dédiée au regard créatif sur les déchets.

Un contenu proposé par Protestinter

Publié le 16 octobre 2015

Auteur : Philippe Krasnopolski

Lire directement l’article sur Protestinter

« C’est finalement une œuvre collective, à la fois créée par celui qui jette les objets au rebut et par l’artiste qui les transforme ». Ambroise Monod définit ainsi ses sculptures dont l’Institut de théologie protestante de Paris (ITP) offre une rétrospective du 16 octobre au 8 novembre. Une fois découpés et soudés par son imagination et son art, morceaux de carrosserie, boites de conserve, fils de fer et autres morceaux de ferraille deviennent très souvent un oiseau, parfois un masque ou encore un personnage.

Artiste passionné par l’acier, mais aussi pasteur et théologien, Ambroise Monod est le fondateur de Récup’art, un mouvement artistique lancé à la fin des années 1960. Il était aumônier protestant à l’université de Strasbourg à cette époque contestatrice de la société de consommation. Mais c’est surtout à son enfance à Dakar où son père dirigeait l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) qu’il dit devoir son idée: « Pour la majorité des Africains démunis, cela avait du sens de ne pas gaspiller et de bricoler, de transformer un objet jeté », explique-t-il.

Notion que l’on retrouve dans le manifeste du Récup’art qu’il publie en 1969: « user des débris laissés par la société d’abondance, c’est porter un regard d’humour sur le progrès technique en donnant à la chose éphémère une chance de disparaître moins vite et de durer comme objet ». Un texte quasi prophétique un quart de siècle avant l’ère actuelle de la durabilité et du recyclage alors qu’à l’époque d’autres artistes — Picasso ou César, par exemple – avaient déjà utilisé des débris pour leurs œuvres, mais sans cet objectif.

Toujours « inspiré », Ambroise Monod dépose la marque Récup’art à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) en 1976. « Pour empêcher qu’un organisme ou une entreprise ne se l’approprie ». Lui la partage avec d’autres, notamment en animant des ateliers de création dans l’espace public comme il le fera les dimanches 18 et 25 octobre à l’ITP. […]

Lire la suite sur Protestinter

Dans la même rubrique...

La « mission » en cours d’étude… un chemin riant ou rude ?

C’est l’une des nombreuses questions que nous propose très librement Christine Villard, membre de l’équipe des rapporteurs régionaux sur le thème du synode de novembre.

Un contenu proposé par Echanges

Le culte du dimanche, élément central de la vie paroissiale ?

Que restera-t-il de l’expérience des cultes célébrés à distance, dans les salons, sur les écrans ou au téléphone ? Réponse du pasteur Romain Schildknecht.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Le parcours atypique d’une jeune pasteure

Dotée d'un solide bagage estudiantin et musical, Aurélie Hufschmitt pose ses valises en Suisse, pour un poste de pasteure jeunesse adjointe dans une église de Neuchâtel.

Un contenu proposé par Radio Réveil

Un engagement de foi pour l’inclusion

En avril dernier, le pasteur Christophe Kocher a quitté la paroisse Saint-Guillaume de Strasbourg, où il s’est distingué par son engagement en faveur de l’inclusion des personnes LGBTI dans l’Église.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestinter

Établie en Suisse romande, l’agence de presse Protestinter porte un regard international sur la vie des Églises. Elle se définit comme un outil pour comprendre le rôle du christianisme et des autres religions dans un esprit œcuménique.

Depuis septembre 2018, les contenus produits par Protestinter sont à retrouver sur le site Réformés.ch.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram