Le stage pro, pour un « métier pas comme les autres »

Avant d’être nommés pasteurs, les étudiants en théologie des différents IPT passent par une période de stage en paroisse. Zoom sur cette expérience enrichissante.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 17 janvier 2017

Auteur : Catherine Robert

Eva chemine avec l’idée de devenir pasteur depuis 2009. Arrivée en France il y a 5 ans, originaire de Dortmund, Eva Patzelt (28 ans) a fait des études de Sciences Politiques et une licence de théologie. Elle est en seconde année de Mastère professionnel en théologie protestante (délivré par l’IPT) et effectue son stage auprès du pasteur Serge Wüthrich de la paroisse de l’EPU du Raincy. La paroisse devient lieu d’apprentissage, une paroisse différente de celle du stagiaire – Eva est luthérienne –, ce qui permet de se confronter à ce qu’est le ministère dans sa diversité.

La première immersion dans une paroisse à côté d’un pasteur et non plus parmi les fidèles est un véritable travail de « terrain ». Serge Wüthrich souligne qu’en théorie, le stage comprend trois temps : observation, faire avec et faire seul. Mais il ajoute que rien ne peut être codifié, chacun est tributaire de la vie de la paroisse. Dans un premier temps, Eva regarde, même si elle a un sérieux bagage : elle a fait des stages et a un engagement important dans sa paroisse. Être à côté du pasteur change le regard. Eva s’apprête à participer à l’école biblique, au Kt, faire des visites, présider un culte : elle doit voir tous les secteurs d’activités. Il est nécessaire de parler, discuter avec les paroissiens, c’est un métier : la vie spirituelle ne s’apprend pas dans un livre, il y a quelque chose à découvrir sur le vivant qui nous fait grandir. Les debriefing sont utiles et précieux ajoute Eva.

Échanges

En dehors de son « accompagnateur de stage », Eva retrouve une semaine par mois les autres stagiaires à la faculté de Montpellier pour des séminaires et cours qui leur permettent d’échanger sur leurs pratiques à la lumière de la Parole. Ils ont lieu sous la direction de Claude Levain, professeur de théologie pratique et directeur du Mastère pro. Chaque séminaire a son thème : homélitique, actes pastoraux, catéchétique… Dix en tout. Lors de chaque session, un(e) stagiaire fait un culte, qui sera ensuite analysé et discuté. La faculté de théologie est un lieu en lien avec la réalité, insiste Claude Levain.

Dès le début de l’année est établie une fiche d’objectifs : théologiques d’abord, c’est-à-dire d’interprétation des situations, ensuite des objectifs professionnels, concernant le savoir-faire, et enfin personnels, c’est-à-dire sur le développement des capacités de relation. Pour les stagiaires, il est important de se retrouver, car leurs situations sont très différentes. Pasteur(e) en milieu urbain, ou rural, disséminé, paroisse sur un, deux, trois ou plus rarement quatre lieux de culte, les échanges enrichissent chacun. Les expériences sont multiples. Il s’agit de puiser dans la réalité le matériau que l’on va travailler et ainsi est préservé le lien entre réalité ecclésiale et faculté de théologie.

Suivi

Depuis la réforme du Mastère pro, les stagiaires ont rendu leur mémoire à la fin de la première année. Encadrés à la faculté, les stagiaires sont aussi suivis par la Commission des ministères (CDM), qui prononce l’admission des ministres de l’EPUdF. Ceux-ci rencontrent à plusieurs reprises la CDM. C’est elle qui autorise le(a) stagiaire à faire le stage en paroisse et le reverra au cours du stage. Le président, le pasteur Christian Baccuet reçoit les stagiaires chaque fois qu’ils le souhaitent, insiste t-il. La CDM « discerne », s’assure de l’aptitude du candidat à exercer le ministère. La commission des ministères suit les « proposants » pendant deux ans sur leur premier poste, après leur stage en paroisse. Il s’agit d’apprendre, à réfléchir sur soi-même et être disponible aux autres… être témoin de Jésus-Christ, être théologien et être au service de l’Église. En fait, apprendre le métier de pasteur.

Dans la même rubrique...

Présidentielle : la FPF et l’Uepal prennent leur “responsabilité chrétienne”

La Fédération protestante de France et l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine prennent position avant le second tour qui opposera Marine Le Pen à Emmanuel Macron, dimanche 24 avril.

Un contenu proposé par Réforme

Échange entre protestants Français et Béninois

Une délégation de l’Église protestante méthodiste du Bénin était de passage courant mai en France – à Royan d’abord, puis à Paris. En novembre prochain, ce sont des protestants de Royan qui seront à leur tour reçus au Bénin.

Un contenu proposé par Défap

Présidentielle : l’Église protestante unie de France met en garde contre le RN

Après la Fédération protestante de France et l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine, c’est au tour de l’Église protestante unie de France d’appeler “à faire barrage aux propositions du Rassemblement national”.

Un contenu proposé par Réforme

Pour ses 50 ans, l’IPT de Paris organise un grand symposium

À l’occasion des 50 ans de l’Institut protestant de théologie, ses enseignant.es-chercheur.es réfléchiront ensemble à la pratique de la théologie en débattant à partir de leurs spécialités respectives du 8 au 11 juin à la l'IPT-Faculté de Paris.

Un contenu proposé par Fil Actu – FPF

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast