L’engagement de pasteurs contre le GCO divise

L’engagement de pasteurs contre le GCO divise

Plusieurs pasteurs de l’UEPAL se sont opposés au Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) par la parole et des actes. Une femme ou un homme d’Église peut-il prendre parti publiquement ? Et si oui, de quelle manière ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 16 janvier 2018

Auteur : Fabienne Delaunoy

Le culte présenté comme anti-GCO à Vendenheim puis la convocation de la pasteure de Kolbsheim, Caroline Ingrand, par la gendarmerie à la suite d’une manifestation devant les engins de Vinci en septembre dernier ont suscité les passions. Certains pensent qu’un pasteur n’est pas là pour « faire de la politique » quand d’autres estiment le contraire. Rudy Dreyer, paroissien à Pfulgriesheim, a assisté à ce fameux culte. « Je ressens le projet du GCO comme une atteinte à la création et je ne comprends pas qu’on s’offusque de célébrer un culte dédié à elle. L’UEPAL s’était fortement engagée lors de la Cop 21 en faveur de la décroissance et, aujourd’hui, je ne trouve pas normal qu’elle ne prenne pas position.» Pour Rudy Dreyer, les pasteurs et les protestants en général ont un rôle politique à jouer. « Quand on a des convictions, il faut le dire. »

Ce n’est pas l’avis de Jean-Pierre Leibenguth, habitant à Blaesheim et organiste pour plusieurs paroisses. Marqué par l’époque des prêtres ouvriers, il estime que la religion est une chose, la politique en est une autre. « J’ai été choqué par l’intervention de la pasteure de Kolbsheim. Ce n’est par leur boulot, aux pasteurs. En dehors du culte, ils peuvent donner leur avis mais sans être affirmatif. Je pense qu’ils devraient rester diplomates et ne pas prêcher leurs idées. » Une paroissienne de la Robertsau à Strasbourg, qui assiste au culte régulièrement, estime que « les pasteurs font partie de la société, ils peuvent s’engager et parler publiquement. Mais j’attends au culte une attitude différente. Personnellement, j’y vais pour prendre du recul par rapport à ma vie quotidienne. »

Interpeller et agir avec discernement

Anne-Sophie Hahn s’est engagée contre le GCO et avait pris part au culte interparoissial de septembre dernier en tant que pasteure de Pfulgriesheim. « Un pasteur est concerné par les questions politiques comme n’importe quel citoyen acteur de la vie du monde, estime-t-elle. Notre travail est d’interpréter la Bible, qui n’est pas détachée des questions économiques et sociales d’aujourd’hui. Le Christ s’est aussi ‘coltiné’ des questions sociales clivantes.» La pasteure est néanmoins consciente de la limite d’un tel exercice au sein d’un culte, celui d’une tribune offerte sans répondant en face. Ce n’est pas dans cet esprit en tout cas qu’elle a voulu coanimer ce dernier. « L’Église doit être un lieu de débat, sinon on s’enferme dans un club. Cela ne me gêne pas que l’Église puisse déranger les gens. » Pour Anne-Sophie Hahn, la question du GCO va plus loin que la construction d’une route supplémentaire : « Cela concerne le monde dans lequel nous voulons vivre et notre projet de société pour bien vivre ensemble. » Membre de l’association Comprendre et s’Engager et de la Commission des affaires sociales, politiques et économiques (Caspe) de l’UEPAL, la pasteure regrette que l’Église ne prenne pas toujours de positions claires « pour ne pas diviser les gens » alors qu’elle invite par ailleurs ses membres à s’engager dans la société. « Interpeller, c’est notre rôle et on peut le faire sans imposer et en restant ouvert. »

« On reproche souvent à l’UEPAL de ménager la chèvre et le chou mais ce n’est pas vrai, répond Christian Albecker, président de l’UEPAL. Notre rôle est d’offrir un espace de débat, d’informations et une prise de recul plutôt que des positions tranchées et dogmatiques. Après mai 68, les Églises ont pris position sur tout et souvent cela devenait des vœux pieux. Le GCO est une question complexe mais la vraie question est de savoir de quelle manière nous allons sortir du tout-voiture. » Christian Albecker estime que l’Église doit avoir le souci du plus faible et ne pas laisser certaines personnes de côté. Pour lui, le culte ne peut pas être un meeting pour militants même s’il reconnaît aux pasteurs leur liberté de parole qu’ils doivent exercer « avec discernement ».

Dans la même rubrique...

Quel est le profil type des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France ?

Quel est le profil type des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France ?

Une étude réalisée par l’AREAS, association de recherche de l’université de Poitiers, fait le point sur le profil sociologique des adhérents au mouvement scout.

Un contenu proposé par
L’Union de Paris investit sur les jeunes

L’Union de Paris investit sur les jeunes

L’Union chrétienne de jeunes gens de Paris (UCJG, YMCA en anglais) prévoit la restauration intérieure de la maison de la rue de Trévise.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
Qu’est-ce qui est sacré pour toi ?

Qu’est-ce qui est sacré pour toi ?

Le vendredi 12 octobre prochain a lieu pour la 22e année la rencontre des Amis de la Fondation des Diaconesses de Reuilly. Le sacré et le profane s'y rencontreront.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire