Les pasteurs doutent-ils de leur foi ?

Le doute est-il une preuve de faiblesse pour un chrétien ? Trois pasteurs livrent leur réflexion.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 17 mars 2019

Auteur : Louis Fraysse

Esther Lenz, pasteure de l’UÉPAL à Wissembourg, en Alsace

Le doute, je l’accueille comme un garde-fou, pas comme une faiblesse. Jusqu’à présent, en tant que chrétienne, il ne m’a jamais fait souffrir, même si j’ai conscience qu’il en va différemment pour d’autres. Pour moi, le doute est un prérequis, la condition pour une réelle rencontre avec Dieu. Il est la part de résistance en moi qui témoigne de ma liberté d’enfant de Dieu devant Celui qui m’appelle à grandir. Au doute je préfère d’ailleurs utiliser le verbe « douter », comme je préfère employer « croire » que « foi ». Douter dénote une action, un mouvement, ce qui caractérise déjà une relation à Dieu. Notre propension à douter révèle que Dieu nous a voulus […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Vous pourriez aimer aussi

Le doute décortiqué par un philosophe

Le doute décortiqué par un philosophe

Le doute mène-t-il nécessairement au relativisme, ou à l’inverse au conspirationnisme ? Entretien avec le philosophe Mathias Girel.

Un contenu proposé par Réforme
Au-delà du doute

Au-delà du doute, la raison au cœur de la foi

L'auteur traite de l'impact du doute, analyse son origine et s'attaque aux conceptions erronées.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants