Nootoos, un laboratoire pour une autre vie paroissiale

Nootoos, laboratoire pour une autre vie paroissiale

Dans le cadre de sa réflexion pour faire vivre ses neuf églises du centre-ville, l’UEPAL a confié au pasteur Arnaud Stoltz la mise en place d’un projet alternatif à la paroisse Saint-Pierre-le-Vieux.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 6 février 2019

Le nom Nootoos sonne comme « Nous tous » et résonne au projet qui se veut rassembleur et ouvert. L’église, qui n’accueille plus de cultes depuis 2012, n’est plus un lieu destiné spécifiquement aux paroissiens mais ouvert sur la ville. Saint-Pierre-le-Vieux est situé idéalement entre la gare et le centre-ville et voit passer 130 000 personnes  par jour. Ce sont donc les touristes et les habitants, dans toutes leurs composantes, qui sont susceptibles d’être accueillis.

Le Conseil presbytéral et son pasteur ont saisi l’opportunité de la réaffectation de l’église pour proposer un concept qui se veut innovant, à la croisée de la culture, des arts et de la spiritualité. Des porteurs de projets d’horizons divers et de toutes confessions viennent participer à la vie de l’église en proposant des conférences, des expositions, des spectacles, etc. Ils sont accompagnés par une équipe Nootoos, composée de personnes diverses et de confessions différentes qui soignent l’implication dans la dynamique globale et le sens donné aux projets.

« Je redécouvre Jésus »

« Nous expérimentons une nouvelle façon de vivre l’Église avec une surface de dialogue et d’interactions sans limite. Aujourd’hui, ce projet m’oblige à relire la Bible différemment. Personnellement, je redécouvre Jésus. Pour moi, il n’est pas un dogme ou une idéologie mais un être spirituel qui nous relie et se tient au centre de tout, mais dans un espace sans périphérie », témoigne Arnaud Stoltz. Pour le pasteur, ce projet expérimental ne prétend pas donner une recette toute faite aux autres paroisses mais l’idée d’église ouverte pourrait se traduire ailleurs. Un accueil incarné Et parce que le spirituel ne peut se passer de matériel, le Conseil presbytéral a investi des moyens financiers importants afin  de rendre le lieu convivial, chaleureux et techniquement pratique. Grâce à l’argent provenant des immeubles qui lui appartiennent, la paroisse a changé le visage de l’église, entre modernité et tradition.

Au rez-de-chaussée, des transats et des poufs invitent à se poser et à méditer ; des projections vidéos sont réalisées sur les murs et le plafond ; une cuisine est à disposition de ceux qui viennent travailler ; à l’étage, plusieurs espaces peuvent être aménagés pour des répétitions de chant ou des réunions, le tout dans une église qui a gardé ses fresques murales séculaires, ses ogives, ses panneaux de bois représentant des scènes d’Évangile et son autel.

Sur le même thème

Un havre de paix dans le Gard

Un havre de paix dans le Gard

A Valleraugue, la maison de Villeméjane est un lieu d’accueil pour des groupes d’églises ou des individus en quête de paix.

Un contenu proposé par
UEPAL : quatre nouveaux pasteurs

UEPAL : quatre nouveaux pasteurs

L’UEPAL a ordonné quatre pasteurs le 21 octobre à Bouxwiller. Le Nouveau Messager les a rencontrés pour vous.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Des cultes en souvenir des personnes décédées ?

Des cultes pour se souvenir de nos défunts

Depuis quelques années, se célèbrent un peu partout des cultes en souvenir des personnes décédées durant l’année. Explications.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Les rendez-vous de la pensée protestante Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants