Pour/contre : le port de la robe pastorale

Dans une cérémonie œcuménique, si les prêtres se reconnaissent à leur aube blanche, les pasteurs, eux, le sont par le port de leur robe pastorale noire. Mais tous ne la portent pas…

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 27 juillet 2017

Pour…
« Pour plus de visibilité », par Élisabeth Renaud
 

La tendance, depuis quelques années, est l’abandon pur et simple du port de la robe pastorale par nos chers pasteurs. D’autres acceptent avec réticence de revêtir cet attribut vestimentaire sur demande expresse lors d’une cérémonie particulière. C’est vraiment parce que vous y tenez, peut-on lire dans leur regard. Certes, un pasteur est un laïc, certes, la robe noire n’est pas un vêtement liturgique mais alors, comment distinguer un pasteur d’un non pasteur lors d’une célébration œcuménique par exemple ou lors d’un mariage mixte ? Le prêtre sera parfaitement reconnaissable dans son vêtement adapté à la circonstance, le pasteur non.

À l’heure (enfin, une heure qui dure depuis 2006 !) où le mot d’ordre est la visibilité, comment ne pas être révoltée lorsque, lors d’une célébration œcuménique télévisée, tous les représentants des religions sont nommés un à un : le prêtre, l’imam, le rabbin, le pope, parfaitement identifiables dans leur vêtement ecclésial, défilent sous les yeux de milliers de spectateurs, accompagnés de la voix off du journaliste déclamant nom et fonction des personnalités. Tous ? Non. Le pasteur n’a pas été nommé, il est resté dans l’ombre et pourtant, il était là, car la protestante que je suis l’avait reconnu. Mais est-ce cela la visibilité ? Être visible des protestants seuls ? Et quel meilleur accessoire peut attirer l’attention du quidam ou du journaliste si ce n’est la robe pastorale ?

Contre…
« Une robe communautaire », par Christophe Jacon
 

Il est de tradition d’offrir au jeune pasteur reconnu dans son ministère une robe pastorale. À sa taille… en tout cas pour quelques années ! Parfois, elle est même l’œuvre de couturières de la communauté. Une vraie mobilisation collective sur plusieurs mois. La robe mériterait alors d’être, non pas personnelle, mais communautaire. Cela aurait d’ailleurs plus de sens !

Car si la robe pastorale est réservée au seul pasteur, alors c’est un retour du clérical dans notre ecclésiologie. S’il faut avoir fait dix ans d’études de théologie, s’il faut connaître sur le bout des doigts l’hébreu, l’araméen, le copte et le grec pour annoncer l’Évangile le dimanche matin au culte, alors qui peut prêcher ? Personne ! Où est le sacerdoce universel ? Enseveli sous des tonnes de cléricalisme. Cette robe n’est pas un habit clérical. Bien plus que la robe doctorale, elle est le signe que celui qui parle annonce la parole vivante de Dieu. Certes, après l’avoir travaillée, mâchouillée, combattue. Mais cela, nous proclamons dans notre Église que n’importe quel prédicateur reconnu par le Conseil presbytéral et appelé à ce ministère peut le faire. Alors rien, rien n’empêche que tous les prédicateurs portent la robe pastorale. Que vienne enfin ce jour pour que moi aussi je puisse la porter !

Presse régionale protestante

Retrouvez d’autres articles de Paroles Protestantes Paris sur le site de la Presse régionale protestante.

Dans la même rubrique...

Quelle thèse pour septembre ? #memotheses2017

Heureux celui qui peut dire « Je me tiens là » : il ne courbera pas.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

Lancement du label « Eglise verte »

Lancé samedi 16 septembre à Paris, « Église verte » est une initiative qui souhaite sensibiliser et mobiliser concrètement les Eglises, communautés et mouvements chrétiens au changement climatique et à l’ensemble des défis environnementaux.

Un contenu proposé par Fil Actu – FPF

Le désir de plaire à Dieu

Vous en connaissez beaucoup des jeunes qui aiment par-dessus tout aller à l’église, lire la Bible et prier ? Claude Greder n’a pas fini de nous surprendre.

Un contenu proposé par paroles.fm

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

Les partenaires de Regardsprotestants