UEPAL : quatre nouveaux pasteurs

UEPAL : quatre nouveaux pasteurs

L’UEPAL a ordonné quatre pasteurs le 21 octobre à Bouxwiller. Le Nouveau Messager les a rencontrés pour vous.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Publié le 4 décembre 2018

Élise Frohn, consistoire de Schwindratzheim

Âgée de 26 ans, Élise Frohn a grandi à Hunspach, où elle a été animatrice de l’École du dimanche. Après un bac au lycée hôtelier d’Illkirch, elle a étudié la théologie à Strasbourg. Animatrice jeunesse aux EUL 1, elle prépare actuellement le BAFD pour devenir directrice de camps. Elle a voulu devenir pasteur « pour annoncer la bonne nouvelle de Jésus qui nous accueille comme nous sommes ». Elle est convaincue que « si les humains réalisent qu’ils sont aimés par Dieu, ils peuvent construire la paix ». Elle est mariée à Frédéric, pasteur.

Jean-Philippe Lepelletier, Sainte-Marie-aux-Mines

Jean-Philippe Lepelletier a grandi à Illkirch Graffenstaden et a été très impliqué dans sa paroisse de Graffenstaden. Après des études d’histoire, il a étudié la théologie à Strasbourg « pour approfondir sa foi personnelle et acquérir un recul critique ». C’est lors de son remplacement d’un pasteur à Nantes qu’il s’est senti appelé à ce ministère. Auparavant, il a travaillé pour le projet Ze Bible, qui vulgarise la Bible pour les jeunes. Il a aussi animé des émissions musicales pour la radio Arc-en-ciel. À 32 ans, il est marié à une professeure d’anglais.

Sophie Fauroux, Neuhof-Strasbourg

Le fil rouge de Sophie Fauroux : « Valoriser la parole des pauvres dans l’Église ». D’abord déléguée diocésaine aux solidarités, cette Alsacienne d’adoption, originaire de région parisienne, a rejoint La Résu en tant qu’animatrice en 2014. Cette jeune association assure une présence protestante dans le quartier populaire strasbourgeois du Neuhof. Elle est convaincue que « chaque personne possède en elle-même un trésor spirituel qui la dépasse et qui permet de croire que les Hommes, collectivement, peuvent participer à la Résurrection ». Elle est veuve de pasteur.

Rita Cresswell, Brumath

Originaire de Reipertswiller, Rita Cresswell est issue d’un milieu « plutôt éloigné de l’Église ». En 2010, elle quitte sa carrière parisienne dans l’événementiel pour embrasser des études de théologie et devenir pasteur : « C’est un appel qui m’est tombé dessus. » Cette amatrice d’histoire rejoint l’université de Strasbourg quatre ans plus tard. Elle est convaincue que « le salut des Hommes se trouve dans leur conversion à l’amour de Dieu et à la liberté en Christ, essentielle pour qu’ils avancent tous dans le même bateau ». Elle est mariée à un photographe.

Sur le même thème

Reconversion : des fonds pour les futurs pasteurs

Reconversion : des fonds pour les futurs pasteurs

L’Église protestante unie de France met en place à partir de cette rentrée universitaire un système d’aide à la reconversion.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
http://radiogrilleouverte.com/podcast/tant-quil-y-aura-des-femmes-051018/

Ma profession ? Pasteur

L'émission "Tant qu’il y aura des femmes" reçoit la jeune pasteur Clémence Bury de l'Eglise évangélique d'Alès qui revient sur son parcours.

Un contenu proposé par Radio Grille Ouverte
Qui sont les nouveaux pasteurs ?

Qui sont les nouveaux pasteurs ?

Ils viennent d'arriver en région parisienne et se présentent en quelques mots.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Nouveau Messager

Magazine protestant régional pour les paroisses de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine. Diffusé à plus de 42 000 exemplaires, ce magazine de 32 pages paraît tous les deux mois. Il aborde sous la forme de dossiers, d’entretiens et de mises en lumière la vie de tous les jours, les questions et les réalités de la foi.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !