PORTRAIT

Un prêtre devenu migrant économique

Prêtre de l’Église orthodoxe en Bulgarie, Rumen est aujourd’hui gardien du temple de l’Église protestante unie de l’Annonciation. Il a migré en France pour sauver sa famille.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 10 décembre 2021

Auteur : Esther Mélanie Boulineau

Poussé par la pauvreté, Rumen a choisi de prendre la route de l’exil. Son histoire est celle d’un ecclésiastique devenu migrant pour des raisons économiques. Selon une étude publiée le 1er février 2012 par le site « Orthodoxie.com », la majorité des prêtres orthodoxes vivent en dessous du seuil de pauvreté. C’est une situation que les ministres de l’Église protestante unie de France ne connaissent pas. Ils ne roulent pas sur l’or. Mais l’EPUdF veille à ce que chaque ministre et sa famille vivent dans des conditions décentes. Le cas de Rumen nous rappelle hélas que ce n’est pas toujours le cas dans toutes les Églises.

S’exiler pour vivre

Les années 90 ont été pour la Bulgarie une période de grand changement et de reconstruction politico-économique fondamentale. Au même moment, l’Église orthodoxe bulgare a connu une crise majeure. Les tensions ont entraîné des divisions de leur synode, qui a abouti à la création d’un synode alternatif. Ce désordre a accentué la précarité des prêtres. Beaucoup ont quitté leur ministère, pas Rumen. Seulement, son salaire de prêtre étant misérable, toutes les charges familiales étaient couvertes par son épouse. Même avec leurs deux salaires, ils ne pouvaient pas vivre et payer l’école de leur fille. « Ainsi, avec ma femme », dit Rumen, « nous avons pris une décision dure et définitive, quitter la Bulgarie. Des personnes qui nous faisaient confiance sont devenues garantes, pour nous permettre d’obtenir un crédit à la Banque. Nos parents nous ont aussi aidés, pour régler notre dette. Nous avons choisi la France, parce que notre grande fille apprenait la langue française à l’école ». Aujourd’hui, Rumen dit avoir retrouvé une vie normale en France avec son épouse et leurs enfants. Il a un travail et un logement au sein de l’Église protestante unie de l’Annonciation.

Son itinéraire de migrant

Leur décision de s’exiler est devenue réalité en 1999. Après avoir passé une nuit à Paris puis à Lyon, ils intègrent la communauté de Taizé grâce à la lettre de recommandation de son archevêque en Bulgarie. Rumen reconnaît avoir eu un accueil chaleureux et fraternel au sein de cette communauté. Mais ils ont quitté la Bulgarie pour trouver une vie meilleure en France. Ils devaient donc quitter la communauté, pour aller vers un « ailleurs » qui leur permettrait de gagner leur vie. Ils ont choisi d’aller à Paris. Une fois sur place, ils ont suivi l’itinéraire de la plupart des migrants : Cimade, Casp, rendez-vous à la préfecture, etc. Maîtrisant la langue française, leur fille aînée les a beaucoup aidés dans les démarches administratives. Et une bonne étoile les a conduits dans la paroisse de l’Annonciation. Ils y  trouvent un lieu d’accueil qui leur permet de vivre en sécurité. « Nous avons eu une chance inouïe d’arriver là », dit-il. « Tout de suite, l’Entraide de la paroisse nous a pris en charge de façon extraordinaire. J’étais admis par la communauté et je devenais comme eux. Entre les protestants, j’ai trouvé une bonne ambiance, les gens qui lisent beaucoup. Ils sont gentils et sympathiques. Je suis très content ».

Rumen et sa famille ont obtenu un titre de séjour qui leur permet de vivre et de travailler en France. Depuis 2006, il est le gardien du temple de l’Annonciation. « Je suis sûr que ma famille a trouvé sa place dans la société française. La France est une grande école. Merci à Dieu ! Grâce à Lui, nous avons fait le meilleur choix à l’époque. Nous avons choisi la France ! »

Dans la même rubrique...

La Mission populaire vers de nouveaux projets après deux ans de pandémie

Éprouvée par deux années de pandémie, la Mission populaire a aujourd’hui les yeux tournés vers l’avenir.

Un contenu proposé par Blog pop

Échange entre protestants Français et Béninois

Une délégation de l’Église protestante méthodiste du Bénin était de passage courant mai en France – à Royan d’abord, puis à Paris. En novembre prochain, ce sont des protestants de Royan qui seront à leur tour reçus au Bénin.

Un contenu proposé par Défap

Les rencontres protestantes franco-tchèques reprennent cet été

Une manière pour les visiteurs français d'approfondir leur connaissance de l’histoire du protestantisme tchèque, dont certains aspects ressemblent à l’histoire mouvementée française.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Mettre en scène la spiritualité

Les arts de la scène servent la spiritualité. Le pasteur Christian Vez en est convaincu. Il y consacre son ministère.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast