À quoi sert la cène ?

À quoi sert la cène ?

Une approche différente selon les cultes

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 10 juillet 2012

Auteur : Henri Persoz

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Karl Barth, rencontrant le père Congar, lui a posé cette question : « Comment pouvez-vous attribuer une telle importance à l’eucharistie alors que, dans le Nouveau Testament, elle occupe si peu de place ? »

Les Réformateurs en ont réduit l’importance, mais étant donné l’envahissement de cette question dans la vie de l’Église romaine, ils n’ont pas pu aller jusqu’au bout. Parce que ni Marc ni Matthieu ne recommandent de répéter le geste de bénédiction de Jésus « en mémoire de lui ». Seules quelques versions anciennes de Luc (mais pas toutes) le précisent. Et aussi Paul dans sa première lettre aux Corinthiens. Mais il n’a pas plus assisté à la cène que les évangélistes.

De toute façon, le « faites ceci en mémoire de moi », s’il a été prononcé, s’adressait aux disciples présents et pas forcément à la multitude de tous les chrétiens pendant tous les siècles à venir. De sorte que Jésus, au dire du Nouveau Testament, n’a pas « institué » la cène. Ce n’est pas parce qu’on utilise l’impératif qu’on institue. Jésus parle très fréquemment à l’impératif ; s’il instituait à chaque fois, l’Église croulerait sous les institutions ! Et même la « présence réelle » des Réformateurs n’a pas de fondement biblique. Nous pouvons considérer que Jésus est présent en tous temps et en tous lieux dans le cœur de ses fidèles mais aucun texte du Nouveau Testament n’insinue qu’il serait davantage présent lors des commémorations futures de son dernier repas pascal.

De la même façon, cette idée de sacrement est une invention de l’Église ancienne que Luther n’a pas osé repousser complètement. Le sacrement n’a rien de biblique. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Se sentir vivant

"Nous sommes à un moment de notre vie sociale où ce dont nous avons le plus besoin est de nous sentir vivants". Une prédication du pasteur James Woody.

Un contenu proposé par Esprit de liberté

Appeler Dieu « Seigneur » est-il passé de mode ?

Pour garder sa fraîcheur, l’Église a besoin de ressources linguistiques, dans le but de rester pertinente et contemporaine. De quoi bouleverser notre langage !

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

La tente des Écritures

Une réflexion de Dominique Hernandez, pasteure de l’Église protestante unie de France au Foyer de l'Âme à Paris.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

C’est quoi la théologie verte ?

Les explications du sociologue et écothéologien Michel-Maxime Egger.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast