« La souffrance, un chemin de vie ? »

Dans son livre, Linda Oyer s’adresse à toute personne confrontée à la souffrance physique, psychologique, morale, au handicap, au deuil, comme à ceux et celles qui l’accompagnent. Interview.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 27 janvier 2017

Auteur : Louise Nussbaumer

Lire directement l’article sur Christ Seul

Dans ce livre, tu parles de l’épreuve et de la nécessité de maintenir ensemble deux réalités : la souffrance et la présence du Dieu qui donne vie et espérance. Dans quelles circonstances as-tu fait cette expérience paradoxale ?

En 2008, j’ai eu une toxoplasmose oculaire, puis un deuxième foyer en 2011. Le résultat était une vision de 0,5 sur 10 dans un œil et une baisse de vision dans l’autre. La lecture et les déplacements étaient devenus très problématiques.

Comment concilier la présence, parfois discrète, de Dieu au milieu de la souffrance avec les promesses de délivrance et d’exaucement qui elles aussi sont affirmées dans l’Écriture ?

Si « concilier » veut dire les rendre compatibles ou les mettre en accord, je n’essaie pas de le faire. Nous voyons ces deux réalités dans la Bible sans qu’elle nous explique de quelle manière les concilier. Le livre de Job, surtout le discours de Dieu à la fi n, aurait été un endroit idéal pour le faire. Il est difficile pour l’être humain de maintenir ensemble des positions paradoxales sans nier ni gommer la réalité de l’une au détriment de l’autre. Cela génère beaucoup d’incertitude et d’inconfort, car, dans cette vie, nous ne savons pas à quoi nous attendre : guérison ou non-guérison, amélioration de la situation ou détérioration.

Si nous ne pouvons pas changer nos circonstances, faudrait-il se résigner à la souffrance ?

La résignation est une attitude passive : « à quoi bon ? ». Je subis mes circonstances passivement, sans espoir. Je préfère parler de consentement, c’est-à-dire d’une manière d’accueillir ou d’« habiter » la situation. Il s’agit de chercher à vivre le « nouveau moi » dans des circonstances que je n’ai ni choisies ni ne peux changer. Cette acceptation de la réalité est active. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

L’autorité de Jésus

À Capharnaüm, Jésus entre dans la synagogue. La présence de la synagogue dans un monde païen est la marque de son évangile totalement immergé dans le monde sans être du monde.

Un contenu proposé par Campus protestant

Une prière pour l’harmonie entre les sexes

Michel Sommer, enseignant au Centre de formation du Bienenberg, propose une prière bien mesurée où s’entrelacent voix masculines et féminines.

Un contenu proposé par Servir ensemble

Qu’est-ce que les “nations” dans la Bible ?

“Je ferai de toi une grande nation” déclare Dieu au futur Abraham. Comment comprendre cette expression ?

Un contenu proposé par Réforme

Le passage à la majorité selon la Bible

À la majorité, un nouveau rapport à Dieu se crée : une relation parent-enfant est désormais possible.

Un contenu proposé par Point-Théo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire