« La souffrance, un chemin de vie ? »

Dans son livre, Linda Oyer s’adresse à toute personne confrontée à la souffrance physique, psychologique, morale, au handicap, au deuil, comme à ceux et celles qui l’accompagnent. Interview.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 27 janvier 2017

Auteur : Louise Nussbaumer

Lire directement l’article sur Christ Seul

Dans ce livre, tu parles de l’épreuve et de la nécessité de maintenir ensemble deux réalités : la souffrance et la présence du Dieu qui donne vie et espérance. Dans quelles circonstances as-tu fait cette expérience paradoxale ?

En 2008, j’ai eu une toxoplasmose oculaire, puis un deuxième foyer en 2011. Le résultat était une vision de 0,5 sur 10 dans un œil et une baisse de vision dans l’autre. La lecture et les déplacements étaient devenus très problématiques.

Comment concilier la présence, parfois discrète, de Dieu au milieu de la souffrance avec les promesses de délivrance et d’exaucement qui elles aussi sont affirmées dans l’Écriture ?

Si « concilier » veut dire les rendre compatibles ou les mettre en accord, je n’essaie pas de le faire. Nous voyons ces deux réalités dans la Bible sans qu’elle nous explique de quelle manière les concilier. Le livre de Job, surtout le discours de Dieu à la fi n, aurait été un endroit idéal pour le faire. Il est difficile pour l’être humain de maintenir ensemble des positions paradoxales sans nier ni gommer la réalité de l’une au détriment de l’autre. Cela génère beaucoup d’incertitude et d’inconfort, car, dans cette vie, nous ne savons pas à quoi nous attendre : guérison ou non-guérison, amélioration de la situation ou détérioration.

Si nous ne pouvons pas changer nos circonstances, faudrait-il se résigner à la souffrance ?

La résignation est une attitude passive : « à quoi bon ? ». Je subis mes circonstances passivement, sans espoir. Je préfère parler de consentement, c’est-à-dire d’une manière d’accueillir ou d’« habiter » la situation. Il s’agit de chercher à vivre le « nouveau moi » dans des circonstances que je n’ai ni choisies ni ne peux changer. Cette acceptation de la réalité est active. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

La Bible parle d’un confinement suivi d’un déconfinement

En ces temps de déconfinement, Françoise Giffard s’est penchée sur le déluge et l'Arche de Noé.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

L’énigme des Récabites de la Bible

C’est dans le livre de Jérémie qu’est racontée l’histoire de ce clan qui n’appartient pas au peuple d’Israël mais qui est donné en exemple de fidélité par le prophète. Entretien avec le pasteur Pierre-Alain Jacot.

Un contenu proposé par Campus protestant

Le baptême comme serment de fidélité

Dans les Églises évangéliques dites crédo-baptistes, le baptême exprime corporellement un serment de fidélité envers Dieu, Jésus et l’Église.

Un contenu proposé par Point-Théo

La littérature comme « théo-logie »

Découvrez l'édito du numéro de l'été 2021 de la revue "Foi & Vie", consacré à la littérature et à la théologie.

Un contenu proposé par Foi & Vie

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants