Il y a de la verticalité, au menu de cette journée. Justement, écoutons ce que nous dit dans la Bible le psaume 121 : « Je lève les yeux vers les montagnes. D’où viendra le secours ? Mon secours vient de l’Éternel qui a fait le ciel et la terre. Il ne permettra pas que ton pied vienne à trébucher, car celui qui te garde ne sommeille jamais. Non, jamais il ne dort, jamais il ne sommeille, le gardien d’Israël. Le Seigneur est ton protecteur, le Seigneur est ton ombre. Il est à ta main droite, et le soleil, durant le jour, ne te frappera pas, ni la lune pendant la nuit. L’Éternel te préservera de tout malheur : il veille sur ton âme. Le Seigneur veillera sur ton départ et ton retour, dès maintenant et à jamais. »

Mon introduction évoquait donc, en ce jour de l’Ascension, la notion de verticalité. Et ce psaume va dans ce sens en nous invitant à élever notre regard vers le haut des montagnes. Il n’y a pas forcément de montagnes autours de vous, bien entendu, en fonction du lieu où vous vous trouvez.. mais c’est surtout une image qui nous est proposée là, une forme de métaphore. Celle de ne pas rester dans l’horizontalité de nos vies, mais de savoir prendre de la hauteur, non pas forcément en nous élevant nous-mêmes, mais en élevant notre regard… en se fixant sur autre chose… une autre chose qui vient d’en-haut.

Si l’Ascension est une fête religieuse qui nous vaut un jour férié et parfois même un pont de quatre jours, beaucoup de nos contemporains ignorent que c’est en fait le jour où […]