Le méthodisme

Le méthodisme

Focus sur un des courants du protestantisme.

Un contenu proposé par Musée protestant

Publié le 5 novembre 2013

Lire directement l’article sur Musée protestant

Les latitude men

Au XVIIIe siècle, les convictions religieuses s’étaient affaiblies en Grande-Bretagne, marquées par le « latitudinisme », attitude caractérisée par une hostilité à tout dogmatisme. Refusant l’intolérance du puritanisme, les « latitude men » considèrent que le christianisme est facteur de bonne moralité plutôt que source de convictions ferventes, et leurs mots d’ordre sont Raison et Bienveillance. C’est à cette époque que commence l’industrialisation du pays, et l’Église est le plus souvent absente des nouvelles cités ouvrières, avec leurs taudis et leur misère.

Les hommes du « Réveil »

Le mouvement de Réveil fut une réaction contre l’apathie régnante. Il commence avec Georges Whitefield (1714-1770), qui va prêcher en plein air, du haut des terrils aux mineurs du pays de Galles, puis à Londres, réunissant des auditoires considérables grâce à son éloquence passionnée. Le mouvement va être structuré par John Wesley (1703-1791), qui appartenait avec son frère Charles à un cercle d’étudiants pieux à Oxford, où ils pratiquaient la lecture régulière de la Bible et suivaient une règle monastique. Marqué par son expérience de conversion qu’il datait du 24 mai 1738, Wesley donnait une grande importance à la sanctification par les œuvres, témoin concret de l’état de grâce du croyant, ce dernier ayant le devoir, après son « revival of religion », d’avoir une conduite pieuse et bien réglée.

Prêchant en dehors des paroisses, là où les gens se trouvaient, sur les lieux de travail, les marchés, en plein air, et acceptant des prédicateurs laïcs, Wesley et Whitefield ont créé l’évangélisation moderne. Ils suscitèrent l’opposition de l’Église anglicane, et les moqueries du public, d’autant que beaucoup d’assemblées devenaient marquées par des phénomènes collectifs de larmes, cris de douleur ou de joie, allant jusqu’à l’hystérie : Wesley possédait, outre un grand talent oratoire, des dons hypnotiques dont il savait se servir. […]

Lire la suite sur Musée protestant

Dans la même rubrique...

La banalité du bien ou la bonté sans pensée

Et si, plutôt que de prôner le bien comme absolu, la meilleur des réponses à la radicalité du mal était à chercher dans ces gestes de petite bonté que l'on voit partout autour de soi aujourd'hui ? L'analyse du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

Bois d’épave !

Depuis le 11 mai, pour saluer le déconfinement, je vous propose une nouvelle minute vidéo « Je déconfine en paraboles ».

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Vers les cimes

Depuis le 11 mai, pour saluer le déconfinement, je vous propose une nouvelle minute vidéo « Je déconfine en paraboles ».

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Comme une juste concordance

Chaque jour à 8h00, pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute vidéo « Je confine en paraboles »... histoire de bien démarrer la journée.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Musée protestant

Créé en 2003,  Musée protestant (anciennement Musée virtuel du protestantisme) propose plus de 1000 notices (grandes dates, personnalités, art-patrimoine…) illustrées par 3000 images. Elles sont enrichies de vidéos, de documents et de références bibliographiques, et sont accessibles en français, en anglais et en allemand. Le Musée est réalisé en collaboration avec la Société de l’histoire du protestantisme français.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram