Le repos du sabbat, un oeuvre spirituelle

Le repos du sabbat, une oeuvre spirituelle

Si auparavant pouvait exister un légalisme du sabbat ou du dimanche, le risque aujourd’hui est plutôt d’ignorer la vertu du sabbat. Point de vue biblique.

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 21 février 2016

Auteur : Antoine Nouis

Lire directement l’article sur Christ Seul

Le jour où un ami m’a avoué qu’il avait une aventure avec une autre femme que la sienne, je lui ai parlé des conséquences de son comportement et lui ai dit que, s’il voulait sauver son couple, il devait interrompre cette liaison. Le jour où un visiteur de prison m’a dit qu’il rencontrait régulièrement un homme qui avait commis un crime particulièrement horrible, nous avons parlé du sens de la rédemption. Le jour où j’ai lu dans un journal qu’un homme politique avait fait un faux témoignage pour arranger un ami, j’ai été scandalisé.

Le jour où, dans une soirée, un convive m’a demandé ce que faisait un pasteur, j’ai été très fier de lui répondre que je travaillais beaucoup et que cela faisait trois semaines que je n’avais pas pris le moindre jour de repos… J’ai dû ravaler ma fierté lorsque je me suis souvenu que, dans l’Écriture, le commandement du sabbat est dans le Décalogue et qu’il a la même valeur que l’interdiction de l’adultère, du meurtre ou du faux témoignage ! Pourquoi est-il aussi grave de ne jamais s’arrêter de travailler que de commettre un adultère, de tuer ou de voler ? C’est que, dans le respect du sabbat, il se joue une dimension fondamentale de la dignité humaine.

Le repos comme commandement

En méditant le premier chapitre de la Genèse, les sages se sont demandé : si Dieu avait sept jours à sa disposition pour créer le monde, pourquoi s’est-il dépêché pour que tout soit achevé au soir du sixième jour ? Rachi de Troyes a répondu que la création n’était pas achevée le sixième jour, il manquait un élément essentiel : le repos. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

Judas et Tamar

8 minutes pour la Bible, par Florence Blondon, pasteure à l'Eglise protestante unie de l'Etoile, à Paris.

Un contenu proposé par Église de l’Etoile

Abondance en Jésus

Un livre pour bien comprendre ou approfondir une théologie chrétienne qui a Jésus-Christ pour commencement et pour fin Jésus-Christ.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

Laisse les morts enterrer leurs morts (1)

« Dans le contexte des deuils impossibles, de deuils différés, de deuils qui n’en finissent pas », comment comprendre la rude parole de Jésus à son disciple qui voulait « d’abord » aller enterrer son père ?

Un contenu proposé par Forum protestant

De Marie à Marie

Deux figures de Marie se superposent dans le récit de l’Annonciation rapporté par l’évangile selon Luc.

Un contenu proposé par Réveil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants