Conviction

Les limites de l’écothéologie

Un billet de Jean-Philippe Qadri, qui enseigne la physique-chimie en classes préparatoires et travaille sur les œuvres de J.R.R. Tolkien et de Jacques Ellul.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 18 mai 2021

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

e me souviens du vif intérêt que j’avais éprouvé à la lecture de deux traités abordant la théologie de la création et la question éthique de l’écologie. Il s’agissait de Dieu dans la création, de Jürgen Moltmann (1985) et d’Être image de Dieu, de Douglas John Hall (1986). Cependant, ce qui faisait l’objet d’un sous-titre chez Moltmann (Traité écologique de la création) a désormais pris la première place et la figure de Dieu a tout simplement disparu, ainsi qu’un florilège de quelques publications récentes le prouve – que ce soit du côté protestant (Crise écologique et sauvegarde de la Création, 2017 ; Bible et écologie, 2019) comme du côté catholique (Penser l’écologie dans la tradition catholique, 2018 ; L’écologie, nouveau jardin de l’Église, 2020). Ce constat anodin recouvre néanmoins une tendance profonde, celle de l’écologisation de la théologie, au moment même où, face à une situation environnementale planétaire de plus en plus catastrophique, s’impose l’écologisation de la société dans toutes ses manifestations (littérature, science, politique, économie, spiritualité, loisirs). Une telle tendance conduit non pas à considérer l’écologie à la lumière de la théologie mais, tout au contraire, à « verdir » l’Église (The Greening of the church, 1971), la théologie (The Greening of theology, 1995), la foi (The Greening of faith, 1997), jusqu’à Dieu lui-même (God is green, 2016).

Opposer désir et nécessité ?

Je ne critique pas la prise de conscience écologique dans l’Église (l’approuvant et y ayant moi-même contribué récemment) mais constate que la théologie embrasse aujourd’hui l’écologie avec le même entrain (et donc les mêmes excès) qu’elle embrassait hier le communisme ou la révolution. À chaque fois, il s’agit de redécouvrir des vérités jusqu’alors oubliées ou minorées, dignes d’être reçues et défendues, aujourd’hui peut-être plus qu’hier, mais souvent au prix d’une lecture biblique colorée d’angélisme, de syncrétisme et de […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

Manger et faire communauté

Quoi de plus personnel que ce que l’on mange ou pas ? Alors, pourquoi cela fait-il communauté(s) ?

Un contenu proposé par Présence

Vers la fin de l’été

Découvrez l'édito du numéro de rentrée d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est : "La Bible à l'épreuve de la haine".

Un contenu proposé par Évangile et liberté

La Bible serait-elle le produit d’hommes blancs ?

A partir de la lecture du livre féministe d’Alice Zeniter, la pasteure Emeline Daudé s’interroge sur notre lecture de la Bible et la place qu’occupent les femmes.

Un contenu proposé par Campus protestant

Les vrais et les faux signes

Le miracle peut parfois être donné au commencement d’une histoire spirituelle, mais une foi adulte ne peut pas reposer dessus.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants