Réflexion

Mangez en toute liberté !

L’animal est omniprésent dans les récits bibliques. Il fait parfois l’objet de sacrifices de la part des hommes. Pourtant, Dieu considère le monde animal comme part entière de sa création. Dieu serait-il alors un végétarien contrarié par les humains ?

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 20 février 2022

Auteur : Charles Nicol

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

L’humain et l’animal : une relation ambivalente

Au chapitre I de la genèse, Adam et Ève se nourrissent de fruits et de légumes (Gn 1,29-30). Il en est de même pour les animaux qui n’avaient donc pas besoin de s’entretuer pour manger. On peut alors penser que le projet du Dieu créateur est végétarien, dans un environnement pacifique où les humains et les animaux vivront en harmonie. Au chapitre 2, il place l’homme dans le jardin d’Éden et lui ordonne de le cultiver et de le garder.

Au chapitre 3, sur les conseils d’un serpent, Ève déguste le fruit défendu. En conséquence, l’Éternel en colère les condamne à manger « à force de peine », l’herbe des champs (Gn 3,18-19). Puis tout bascule au chapitre 4 : leurs enfants, Abel, le berger, offre à l’Éternel un agneau et Caïn, le laboureur, une corbeille de fruits. On peut toujours se demander pourquoi Dieu a préféré l’offrande d’Abel à celle de Caïn… pourquoi a-t-il laissé attiser la rivalité entre l’éleveur et l’agriculteur… Car l’harmonie est détruite quand Caïn, jaloux, tue son frère Abel. Cependant, Dieu protège Caïn malgré son crime. Tout n’est donc pas perdu mais le mal est fait. La méchanceté des humains est telle que Dieu se repent d’avoir créé « l’homme jusqu’au bétail » (Gn 6,7). Il confie alors une mission à Noé pour purifier le mal : construire une arche dotée d’une seule fenêtre et y entrer afin de préserver la race humaine et des espèces animales d’une extermination complète (Gn 7,8). Il est intéressant de noter qu’à ce stade, la cause du mal semble en apparence liée à l’animal : le perfide serpent pour Ève, le don de l’agneau pour Caïn. Il est d’ailleurs curieux que, au xxie siècle, en période de Covid-19, ce soit encore l’espèce animale qui est mise en accusation : le pauvre pangolin et la chauve-souris accusés d’être à l’origine du mal pandémique.

L’homme biblique entretient une relation ambivalente avec les bêtes. Noé sauve plus l’espèce animale que les humains, dépêche le corbeau puis la colombe en éclaireurs pour s’assurer de la baisse des eaux. Et malgré cela, Noé offre des animaux en sacrifice et permet de manger leur chair à l’exception du sang, considéré comme âme et symbole de vie (Gn 9,5-6). Dieu accorde ainsi aux hommes un régime carnivore. À cet instant, Dieu a-t-il fait définitivement le choix d’autoriser la viande pour nourrir l’humanité et donc la mise à mort des animaux pour […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

12 disciples, tous des hommes

Il est expliqué nulle part dans la Bible pourquoi les douze sont uniquement des hommes.

Un contenu proposé par Servir ensemble

La Bible : code de conduite ou boîte à questions ?

Mais là où certains et certaines voient une sagesse inspirante, d’autres reconnaissent des lignes directrices d’une loi divine.

Un contenu proposé par Réformés

L’Évangile de Jean #19 – chapitre 15 : Paraclet

8 minutes pour la Bible, par Florence Blondon, pasteure à l'Eglise protestante unie de l'Etoile, à Paris.

Un contenu proposé par Église de l’Etoile

Les genres littéraires dans la Bible

Dans la Bible on retrouve donc plusieurs styles littéraires, parmi eux on peut en distinguer 3 principaux : le récit, la poésie, et le genre épistolaire.

Un contenu proposé par Alliance biblique française (ABF)

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast