Vous avez dit cadeau de Noël ? Pas seulement !

Vous avez dit cadeau de Noël ? Pas seulement !

Le cadeau socialement obligatoire, entre autres à Noël, n’est-il pas quelque peu en contradiction avec la notion de don gratuit qui traverse la Bible, la grâce ?

Un contenu proposé par Ensemble - Strasbourg

Publié le 13 décembre 2016

Auteur : Frédéric Rognon

Noël est l’occasion de se faire des cadeaux. Mais on sent tout de suite le paradoxe de cette situation : si nous fêtons à Noël la manifestation de la grâce de Dieu, qui dans son amour inouï nous a offert son fils, gratuitement, sans aucune contrepartie, en revanche, les cadeaux que nous nous faisons les uns aux autres n’ont rien de gratuit, rien de cette offrande libre et désintéressée, rien de cette grâce pure et spontanée… Et le malaise n’est pas rare, chez les chrétiens, devant le décalage entre le sens de cette fête et la débauche de consommation. Car les cadeaux de Noël entrent dans une logique très humaine de transactions socialement obligatoires, de dons et de contre-dons, de réciprocité imposée par les normes culturelles. Comment donc concilier l’obligation de donner et la théologie de la grâce ?

Une première réponse serait de dire que l’essentiel ne se situe pas dans le cadeau lui-même, mais dans le lien qui se crée ou s’affermit lorsque nous donnons. La valeur marchande est secondaire, la relation est première. Car au fond, nous ne sommes pas si obligés de donner que cela : nous vivons dans une société individualiste, où la rupture d’une relation est très facile, très banale. La course de la vie quotidienne tend à nous isoler les uns des autres. Aussi, si nous donnons, c’est pour conjurer la dis- solution toujours menaçante des liens qui ne sont pas entretenus. En donnant, je partage. Je suscite un espace commun, je rappelle une fidélité. Le lien est quelque chose qui ne représente pas une perte quand on le donne, ni un gain pour soi tout seul quand on le reçoit. Le don est donc l’offrande d’un bien au service d’un lien. Si je fais un cadeau, je fais ou je confirme une alliance entre moi et le bénéficiaire. Et cela sans contraintes, donc quelque peu gratuitement.

Une seconde réponse pourrait s’énoncer en termes de prix de la grâce. Comme l’a si bien montré le théologien allemand Dietrich Bonhoeffer, la grâce de Dieu est effectivement gratuite, par définition, mais elle a un coût… après coup ! Si nous sommes sauvés par grâce et non par nos oeuvres, cet amour infini de notre Père céleste nous propulse alors vers des oeuvres : non pas pour être sauvés mais parce que nous le sommes. Et ces œuvres sont des oeuvres d’amour : manifester notre amour envers notre prochain, par exemple en lui offrant quelque chose qui lui fera vraiment plaisir, qui le touchera profondément, c’est une manière (parmi bien d’autres) de payer le prix de la grâce. Et mon conjoint, mes enfants, mes parents, sont aussi mes prochains. Il ne s’agira donc pas de donner pour donner, ou de faire la plus grosse dépense, mais de choisir soigneusement ce que je vais offrir, afin de dire à mon prochain, à travers le cadeau que je lui offre, que je l’aime. Et ce faisant, je deviens témoin de la grâce.

Dans la même rubrique...

« Un sondage récent »

Découvrez l'édito du numéro d'octobre d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est : "Dissensions sur les sacrements".

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Trois ressources pour découvrir la foi

La maison d’édition BLF, le collectif d’artistes engagés Majestart et le blog de ressources chrétiennes Tout Pour Sa Gloire se sont en effet associés pour sortir trois outils très utiles pour l’Église et la mission.

Un contenu proposé par Point-Théo

Peut-on prier pour les malades ?

La réponse des pasteurs Florence Blondon et Louis Pernot de l'Eglise de l'Etoile.

Un contenu proposé par Église de l’Etoile

Pourquoi il est important de célébrer le culte de la Réformation ?

« Pendant longtemps, je n’ai pas trop aimé les cultes de la Réformation car je trouvais qu’il relevait plus de la fierté identitaire que la quête d’Évangile. Et puis j’ai réfléchi et je me suis laissé convaincre par plusieurs arguments. »

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Strasbourg

Journal des Églises protestantes de la région de Strasbourg, Ensemble était un bimestriel de 32 pages réalisé par 12 bénévoles. Il tirait à 8000 exemplaire depuis 1968.

Suite à l’interruption de parution du magazine au printemps 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast