Au jardin avec Tolstoï

Au jardin avec Tolstoï

Etre en accord avec le monde et avec soi-même passe par un retour à la terre. Illustration.

Un contenu proposé par Ensemble - Strasbourg

Publié le 29 juillet 2015

Auteur : Gabriel Schoettel

Attention aux malentendus ! Quand je dis que je travaille dans le jardin, cela signifie que j’écris – mes romans, mes pièces de théâtre, cet article – dans le jardin, assis sous le cerisier qui me fournit l’ombre, les cerises et… l’inspiration. Le jardin, pour un écrivain, est donc moins une terre où il transpire qu’un lieu qui l’inspire.

Il en va ainsi pour nombre d’écrivains. Colette, Giono, Genevoix ont écrit des pages magnifiques sur le jardin, la terre, l’éveil de la nature : ont-ils pour autant su cultiver leur potager ? Le plus intéressant, à cet égard, parce que le plus complexe, est certainement Léon Tolstoï (1828-1910), nom francisé du comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï. L’homme est le plus souvent représenté en vieux moujik en blouse blanche à Iasnaïa Poliana, sa propriété de 380 hectares et 700 paysans – le servage ne sera aboli en Russie qu’en 1861 ! -, à 200 kilomètres au sud de Moscou. C’est là qu’il écrit Guerre et Paix, Anna Karénine, Résurrection. C’est là aussi, selon la légende, qu’il va labourer, faucher, ramasser des pommes de terre, faire les foins, en compagnie des paysans, pour lesquels il va acheter des machines agricoles, introduire de nouvelles techniques, faire venir des troupeaux de vaches et de moutons d’Europe et des porcs de Chine. Il y plante aussi des vergers et se passionne pour l’apiculture.

Vivre en autarcie, dans le respect de la terre et de ceux qui en vivent

Mais dans quel but ? Le « retour à la terre » de Tolstoï est d’abord un refus de l’asservissement des hommes au travail industriel, un rejet des lois de l’Etat et de celles du profit, une méfiance vis-à-vis du « progrès » quand il est seulement technologique : les jeunes gens qui iront au Larzac après 1968 sauront s’en souvenir. Mais ce qui est au coeur de la pensée et de l’action de Tolstoï, c’est que la propriété privée de la terre est un péché, au même titre que l’était celle des hommes avant 1861. Cultiver son jardin, pour lui, c’est vivre en autarcie, dans le respect de la terre et de ceux qui en vivent. « Il faut peu de place sur terre à l’homme », dit-il, précédant les théories écologistes, voire celles plaidant pour la décroissance. Dans Anna Karénine, Levine, porte-parole de l’auteur, découvre en compagnie de ses paysans « l’allégresse du travail en commun. Dieu leur avait donné et la lumière du jour et la vigueur physique. L’une et l’autre avaient été consacrées au travail et trouvaient en lui leur récompense ».

Quelque temps plus tôt, il décrit ainsi le réveil de la nature au printemps : « L’air tiède frémit tout entier sous les effluves qui montaient de la terre rendue à la vie… les bourgeons de l’obier, des groseilliers et du bouleau gluant aux senteurs capiteuses se gorgèrent de sève, et, autour des saules baignés d’une lumière dorée, les abeilles reprirent leurs ébats en bourdonnant… Dans les nues passaient les grues et les oies sauvages, lançant leur cri de printemps… Les voix joyeuses des femmes retentissaient près de l’étang où elles blanchissaient leurs toiles, et, dans les cours, résonnaient les haches des paysans réparant les charrues et les herses. Le vrai printemps était arrivé. »

Qu’importe, après tout, que Tolstoï eût quotidiennement transpiré ou non sur la terre : l’essentiel n’est-il pas ce que cette terre lui a inspiré ?

Dans la même rubrique...

Gérer la violence que nos enfants visionnent

Un enfant qui aime regarder des films ou des séries violents deviendra-t-il automatiquement violent à son tour? Aux parents de créer un dialogue sain autour de ce qui est visionné.

Un contenu proposé par Family

Quand la to-do list vire à l’overdose

Face à l’irruption de la to-do list dans à peu près tous les domaines de notre vie, chacun réagit différemment...

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

Les paraboles déploient un récit qui vaut comparaison

Directement issue d’un verbe grec signifiant jeter à côté, mettre en dehors du droit chemin, la parabole est d’abord une histoire qui déroute.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Accompagner un enfant à haut potentiel

Si votre enfant présente un profil cognitif à haut potentiel (HP) intellectuel, vous faites partie des 2 à 3 % de parents d’enfants précoces. Quel comportement adopter pour lui donner la possibilité de s’épanouir ?

Un contenu proposé par SpirituElles

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Strasbourg

Journal des Églises protestantes de la région de Strasbourg, Ensemble était un bimestriel de 32 pages réalisé par 12 bénévoles. Il tirait à 8000 exemplaire depuis 1968.

Suite à l’interruption de parution du magazine au printemps 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast