Vacances : convertir son regard sur l'autre

Vacances : convertir son regard sur l’autre

Et si les vacances étaient l’occasion donnée pour que quelque chose bouge en soi, en particulier dans le regard porté sur les autres ?

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 3 août 2015

Auteur : David Eyer

Lire directement l’article sur Christ Seul

Réflexion d’un pasteur et témoignage d’une religieuse protestante.

Il y a un temps pour tout, dit l’Ecclésiaste (Ec 3.1). Un temps pour travailler et un temps pour se reposer (cf. Gn 2.2). Et si prendre des vacances, c’était prendre le temps de changer de regard sur la vie ?

Changer de regard sur soi

Lorsqu’on est au volant de sa voiture, pas question d’admirer le paysage, car il faut rester concentré sur la route. Prendre des vacances, c’est comme arrêter notre voiture « travail », afin de non seulement admirer le beau paysage que nous offre la vie, mais aussi s’y promener, découvrir toute la beauté de la vie et finalement se découvrir soi-même.

Prendre des vacances, c’est s’interroger sur sa propre identité. On a beau dire « je suis informaticien » ou « je suis boulanger » ou « je suis pasteur »…, les vacances viennent nous rappeler que notre identité ne se limite pas à notre rapport au monde du travail : nous ne sommes pas le métier que nous exerçons, nous sommes aussi père, mère, frère, sœur, ami, voisin… Nous sommes des êtres humains, avec des besoins, des désirs, des plaisirs, des envies, des sentiments, des émotions, mais aussi avec des blessures, des frustrations, des déceptions… Plein d’aspects de notre personnalité qui ne font pas bon ménage avec les exigences de compétitivité, de productivité, de rentabilité du monde du travail.
Et si prendre des vacances c’était oser un autre regard sur soi, un regard plus vrai, plus honnête, plus compatissant ?

Changer de regard sur ses proches

Miracle des vacances : le père stressant et toujours pressé a enfin le temps et l’envie de jouer avec ses enfants. La mère occupée par 1 001 choses à faire prend enfin du temps pour s’asseoir et raconter, se raconter. Les discussions lors des repas changent : on ne parle plus du travail ou des études, mais de la plage, du livre qu’on est en train de lire, du plaisir d’être ensemble.
Il suffit parfois de peu de choses pour découvrir ses proches sous un autre angle. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

Changer est possible à condition de…

Nous vivons dans un monde qui change en permanence. Les progrès scientifiques et technologiques de ces dernières décennies nous poussent en avant, dans une course effrénée vers la nouveauté.

Un contenu proposé par Croire et vivre

Prendre le temps de se créer des souvenirs

Dans le tourbillon des jours, je m’aperçois que tu grandis à la vitesse de l’éclair et je n’ai pas envie de ressembler à tous ces parents qui me disent aujourd’hui : « Je n’ai pas vu le temps passer. »

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

Guide créatif d’une famille où l’on se sent bien

Est-il possible d’avoir la vie de famille dont vous rêvez, avec les gens que vous aimez ?

Un contenu proposé par Éditions Farel

Maman s’en va en guerre…

Je dédie ce texte à toutes les mamans qui, comme moi, sont régulièrement convaincues de foirer l’éducation de leurs enfants...

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants