1415-2015 : de Jean Hus à nous

1415-2015 : de Jean Hus à nous

La date anniversaire de l’exécution du pré-réformateur tchèque Jean Hus rappelle l’importance première de la « parole », face au bavardage et à « l’émotionalisme ».

Un contenu proposé par Christ Seul

Publié le 8 octobre 2015

Auteur : Frédéric de Coninck

Lire directement l’article sur Christ Seul

C’est là, dans cette chapelle dite de Bethléem, que Jean Hus, au tout début du 15e siècle, a commencé à prêcher et à appeler à une réforme de l’église, plus de 100 ans avant Luther. Au moment où je commence à travailler sur cette rubrique, j’apprends que Jean Hus a été exécuté pour hérésie, en 1415, il y a juste 600 ans (les églises tchèques l’ont célébré cet été).

Ecouter plutôt que voir

Je me souviens de la surprise que j’ai éprouvée lorsque j’ai pénétré dans cette salle. Elle se situe dans le quartier central de Prague et elle voisine avec de nombreuses églises baroques au décor tarabiscoté. Ici, rien de tel. Les murs sont plats et ornés de quelques fresques sobres. La distance entre le prêtre et les fidèles est considérablement réduite, par rapport aux immenses autels protégés par une balustrade que l’on voit ailleurs. Le lieu n’est pas fait pour célébrer un rite sacré à l’écart de la foule, mais pour adresser directement la parole à des auditeurs aussi proches que possible, à une époque où il n’y avait pas de micro. La structure même de la salle est originale : sur la photo, elle paraît plus large que longue. En fait, elle est carrée, ce qui est un moyen supplémentaire de produire une proximité maximale entre clercs et laïcs. Sur la photo, on devine qu’il y a environ 200 chaises dans la salle. Il est probable qu’au début du 15e siècle la plupart des auditeurs étaient debout. Ils étaient donc plusieurs centaines et je pense qu’ils pouvaient tous entendre sans difficulté Jan Hus, pour peu qu’il ait eu une voix entraînée, ce qui était sans doute le cas.
La construction de ce lieu me parle donc, directement, de l’enjeu de la Réforme. Celui qui entrait là se trouvait confronté, sans aucune médiation, sans distance marquée, sans décorum, à la parole prêchée et commentée. On venait pour écouter plus que pour voir.

Eglise et université

Mais l’histoire qui s’est déroulée là n’était pas uniquement religieuse. à partir de 1402, Jean Hus cumule, en effet, le titre de prédicateur attitré de cette chapelle, alors privée, et de recteur de l’université de Prague. Son projet religieux trouve donc également sa source dans un projet universitaire de mise à disposition du savoir à un nombre maximum de personnes. Il use d’un discours argumenté et construit pour faire réfléchir ses auditeurs. Il se rend proche des autres parce qu’il n’entend pas leur en imposer, mais les inciter à se mettre en marche eux-mêmes. Il y a là les prémices d’une alliance qui durera. […]

Lire la suite sur Christ Seul

Dans la même rubrique...

Les séminaristes : entre intégrité et compromission

En réalité, le film ne parle pas vraiment de la religion ou de la foi, malgré son sujet. Du moins pas directement.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Lorraine, cœur d’acier

Dans Oxebo, Emmanuelle Klein reçoit Tristan Tihl et Vincent Bailly auteurs de l’album Lorraine Coeur d’acier qui raconte l'histoire d'une radio pirate qui défie le pouvoir.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

La Nuée… l’horreur est dans le pré, cours-y vite !

Peut-il y avoir une idée plus terrifiante que la probabilité de finir dévoré par un insecte ? Dans les faits, l'origine profonde de l'horreur est ailleurs…

Un contenu proposé par ArtSpi’in

5ème SET

Analyse du dernier film de Quentin Reynaud dont le personnage principal, un joueur de tennis semi-professionnel incarné à l'écran par Alex Lutz, s'apprête à jouer le dernier match d'une carrière marquée par l'échec. Une quête désespérée, un récit sportif épique.

Un contenu proposé par Pro-Fil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christ Seul

Christ Seul est le mensuel des Églises évangéliques mennonites de France, issues de la Réforme radicale du 16e siècle. Les Églises mennonites appartiennent à la famille des Églises protestantes. Elles sont apparues en même temps que la Réforme de Luther, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Alsace et en Suisse, au début du 16e siècle.

Derniers contenus du partenaire