• Les coups de cœur  de Jean-Luc Gadreau

BlacKkKlansman
« BlacKkKlansman » de Spike Lee projeté au Festival de Cannes : une explosion de rires, de colère, d’engagement politique et de sublime cinéma.

 

 

Une affaire de famille
Comme le titre l’indique clairement, c’est l’univers de la famille qui est bel et bien toujours là, thématique fétiche du réalisateur japonais qu’il travaille à merveille.

 

 

Leto
Après l’émotion de « Yomeddine » le coup de cœur de ce début de Festival sera pour moi « Leto » du réalisateur russe Kirill Serebrennikov.

 

 

  • Et aussi…

Dogman, Whitney et Capharnaüm
Il peut arriver parfois à Cannes que l’on se dise : « bof, c’était moyen aujourd’hui ». Mais d’autre fois aussi, on a le sentiment d’être K.O. debout, bouleversé par un enchaînement de films. « Dogman », « Whitney » et « Capharnaüm » m’ont fait cet effet.

 

En guerre
Après « La loi du marché », « En guerre » marque le grand retour du duo Brizé-Lindon en compétition à Cannes. C’est aussi la 4e fois que le réalisateur et le comédien travaillent ensemble. Une complicité qui transparaît à l’écran.

 

Yomeddine
Quand l’histoire d’un lépreux vient toucher les émotions et faire du bien… C’est ce qui s’est produit avec le premier film de l’égyptien Abu Bakr Shawky, « Yomeddine ».

 

 

Trois visages
Ce dimanche cannois a commencé avec la projection du nouveau film de l’iranien Jafar Panahi « Trois visages ». Le réalisateur hélas absent du Festival car, toujours et encore, assigné à résidence.

 

 

Everybody Knows
Premier film en compétition, le nouveau Asghar Farhadi « Everybody Knows », ou plutôt « Todos lo Saben » son titre original, s’offre un casting de rêve avec notamment le couple Penelope Cruz et Javier Bardem.

 

Découvrez d’autres contenus sur le Festival de Cannes sur le blog ArtSpi’in