Georges Focus, la folie d'un peintre de Louis XIV

Georges Focus, la folie d’un peintre de Louis XIV

Une exposition à découvrir à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, à Paris, jusqu'au 6 janvier 2019.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

Publié le 21 décembre 2018

Auteur : Gilles Castelnau

Lire directement l’article sur Protestants dans la Ville

Georges Focus était un remarquable artiste du 17e siècle, membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture sous Louis XIV. Mais il perdait la tête et les 80 gravures de cette exposition nous donnent un visage bizarre du regard qu’il jetait sur sa propre vie.

Pierre Mariette (1694-1774) qui acquit plus tard ses œuvres dans son immense collection de dessins écrit qu’il les exécuta « dans les accès de sa folie ou parmi mille extravagances » et qu’il « mourut aux Petites Maisons ».
Ces Petites Maisons, situées à Paris à l’emplacement actuel du square Boucicaut accueillaient les personnes âgées et les malades mentaux. On n’y était pas confiné et la vie y était agréable. Il semble que ce soit là que Focus réalisa les dessins qui nous sont présentés aux Beaux-Arts.

Georges Focus était-il réellement aliéné ? Mariette a écrit : « dans les accès de sa folie ou parmi mille extravagances. » 
Le fait de toujours représenter des chutes dangereuses qui auraient pu très mal tourner révèle une conception pessimiste de l’existence. Ou peut-être l’humour avec lequel l’artiste reconnu qu’était Focus considère son propre prestige. Est-ce de la folie ? Est-ce extravagant ?
La présence du vieillard énigmatique toujours présent interroge aussi. La faux est évidemment symbole de mort, mais la dimension extravagante de son manche en empêcherait toute utilisation. Et l’oiseau sur sa tête est symbole de vie souriante. Le chien, il ne semble pas vraiment dangereux. Quant à la Victoire au seins nus jouant de la trompette, elle n’est ni divine ni vraiment symbole de gloire. On n’est certainement pas dans le sérieux du […]

Lire la suite sur Protestants dans la Ville

Sur le même thème

Panorama cubiste

Panorama cubiste

300 tableaux à découvrir jusqu’au 24 février 2019 au Centre Pompidou, à Paris.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
Un rêve d’Italie, la collection du marquis Campana

Un rêve d’Italie, la collection du marquis Campana

La plus grande collection privée d’objets d’art italiens du 19e siècle est à découvrir au musée du Louvre jusqu’au 18 février 2019.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
Les contes cruels de Paula Rego

Les contes cruels de Paula Rego

Un voyage des impressionnistes aux fauves à apprécier jusqu’au 14 janvier 2019 au musée de l’Orangerie.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Protestants dans la Ville

Dans l’esprit du protestantisme, des pasteurs, une journaliste, des théologiens membres de l’Église protestante unie, des théologiens américains ou anglais, intégrés dans la vie de notre société, solidaires de la construction pour demain d’un monde meilleur, partagent librement avec vous leur foi et leur enthousiasme.

Derniers contenus du partenaire

Les rendez-vous de la pensée protestante Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants