Histoire du «Gastounet» alias Gaston Doumergue

Histoire du «Gastounet» alias Gaston Doumergue

Né à Aigues-Vives, près d'Aigues-Mortes, haut lieu du protestantisme français, Gaston Doumergue fut élu Président de la République en 1924. Son aspect jovial et son accent du midi l’ont rendu très populaire.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Publié le 15 mars 2014

Auteur : Alain Bonnard

Lire directement l’article sur Évangile et liberté

Si tous les protestants ont entendu parler d’Aigues-Mortes et de sa tour de Constance où furent emprisonnés, sous l’Ancien Régime, les camisards puis les femmes huguenotes, peu de gens sauraient situer Aigues-Vives sur une carte. Ce village, également dans le Gard, se trouve à vingt kilomètres plus au nord, à l’écart des routes principales. C’est là que naquit, le 1er août 1863 Pierre-Paul-Henri- Gaston Doumergue.

Doumergue: cette déformation populaire et méridionale de Dominique, fleure bon le midi méditerranéen.

Une carrière politique radsoc brillante

Fils de vignerons, le jeune Gaston fait son droit et s’inscrit au barreau de Nîmes. Magistrat colonial en Indochine, puis en Algérie, il est saisi à trente ans par le démon de la politique qui ne le lâchera plus. Élu en 1893, puis réélu député radical-socialiste de Nîmes, il sera toute sa vie fidèle à cette étiquette, et il nous apparaît aujourd’hui comme l’archétype du « rad-soc » (radicalsocialiste), dont les humoristes disaient qu’ils étaient comme les radis : roses au dehors, blancs au dedans, et toujours près de l’assiette au beurre.

Sa carrière sera brillante : vice-président de l’Assemblée Nationale, il devient ministre à plein temps. On le retrouvera toujours ministre de quelque chose ; des Colonies (1902), du Travail (1906), du Commerce (1906-1908), de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts (1908-1910)…

Bref, il a en permanence un maroquin sous le bras. Président du Conseil du 9 décembre 1913 au 2 juin 1914, il devient ministre des Affaires Étrangères au début de la Grande Guerre, et en 1917, il est envoyé en Russie pour convaincre Kerensky et ses mencheviks de ne pas signer de paix séparée avec l’Allemagne. Il n’y parviendra pas. […]

Lire la suite sur Évangile et liberté

Dans la même rubrique...

L’Age d’or de la peinture anglaise de Reynolds à Turner

L’Age d’or de la peinture anglaise

Une exposition rassemblant les peintres anglais de Reynolds à Turner est présentée au Musée du Luxembourg jusqu’au 10 février 2020.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
Josué d'Antoine Nouis aux éditions empreinte Temps présent

Josué ou les combats à mener pour oser être différents

Moïse a fait sortir les Israélites hors d’Egypte. Quand il meurt, il laisse à Josué la mission de les faire entrer et de les installer dans le pays promis par le Seigneur à Abraham.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

La Petite-Hollande

Le nom de la Petite-Hollande a pour origine l’installation des marchands hollandais, protestants pour la plupart, établis à cet endroit, le long d’un bras de la Loire.

Un contenu proposé par Musée protestant

Entretien avec Tsuyoshi Takaki

Pour son émission de rentrée, Emmanuelle Klein reçoit le mangaka Tsuyoshi Takaki, pour parler de sa série Black Torch.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Évangile et liberté

Évangile et liberté est le mensuel francophone du Protestantisme libéral. Chaque mois Évangile et liberté propose des textes de réflexion et de spiritualité. Ses pages veulent interroger la foi chrétienne dans ses contenus et ses expressions.

Derniers contenus du partenaire