La faculté de théologie protestante de Paris

C'est après la défaite de Sedan en 1870 qu'eut lieu le transfert des universités de Strasbourg à Paris. Événement très symbolique d’une identité protestante complètement acquise.

Un contenu proposé par Musée protestant

Publié le 5 juin 2016

Lire directement l’article sur Musée protestant

Strasbourg vient à Paris

En juillet 1877, la Revue chrétienne s’exprime ainsi : « Le 1er juin 1877 restera une date heureuse dans l’histoire du protestantisme français. L’ancienne faculté de théologie de Strasbourg, transférée à Paris par le décret du 27 mars dernier, a été officiellement installée et a ouvert ses cours ce jour-là, dans les bâtiments de l’ancien collège Rollin, rue Lhomond. La séance à laquelle assistaient plus de 200 personnes, était présidée par M. Mourier, le recteur de l’académie de Paris ». Ainsi, pour la première fois dans l’histoire de France, la théologie protestante est enseignée à Paris, et, de plus, avec le concours de l’État (A. Encrevé).

Le délai entre la signature du traité de Francfort (10 mai 1871) – entraînant la perte de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine – et la création, seulement en 1877, de cette faculté à Paris s’explique, pour beaucoup, par les profondes divisions qui affectent le protestantisme français à cette époque, opposant orthodoxes et libéraux chez les réformés mais aussi chez les luthériens, sans oublier les libristes (cf. Le temps des divisions). D’une part, la Faculté de Montauban ne peut, à elle seule, former tous les pasteurs réformés français et sa nette orientation orthodoxe inquiète les libéraux, d’autre part le transfert de la Faculté de Strasbourg, à majorité libérale, risque de créer à Paris une grande faculté luthéro-réformée à dominante libérale, ce dont les orthodoxes ne veulent pas, allant jusqu’à proposer de transférer à Paris la Faculté de Montauban. […]

Lire la suite sur Musée protestant

Dans la même rubrique...

21 août 1725. Greuze et la Bible

La lecture de la Bible est par ailleurs un thème cher à Greuze que la spécialiste Edgar Munhall explique volontiers par « l’esprit protestant » qui habite, selon lui de nombreuses œuvres de l’artiste.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire

« La troisième femme »

Ce long métrage de la réalisatrice vietnamienne Ash Mayfair est à mes yeux LE film de ce mercredi 19 août.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Se défendre, une philosophie de la violence

Il s’agit d’une réflexion sur la violence et le droit à la violence, et ce d’un point de vue historique, philosophique et juridique. Un livre aux analyses pertinentes, originales et nuancées.

Un contenu proposé par LibreSens

Antigone… mon cœur me dit !

La réalisatrice canadienne Sophie Deraspe dresse le portrait saisissant d’une famille en crise en adaptant librement Antigone l’œuvre de Sophocle dans la ville de Montréal. Au cinéma le 2 septembre.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Musée protestant

Créé en 2003,  Musée protestant (anciennement Musée virtuel du protestantisme) propose plus de 1000 notices (grandes dates, personnalités, art-patrimoine…) illustrées par 3000 images. Elles sont enrichies de vidéos, de documents et de références bibliographiques, et sont accessibles en français, en anglais et en allemand. Le Musée est réalisé en collaboration avec la Société de l’histoire du protestantisme français.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast